Education Q à l’allemande

Copyright Jacob Hopkins, Berlin 2012

« Chienne! » Chienne, c’est ce que Sofie Peeters entend quand elle traverse la rue à Bruxelles dans sa robe d’été. Chienne! Salope! P’tites fesses! C’est à vous soulever le cœur de dégoût et son documentaire, « Femme de la rue », le prouve. A Berlin, les femmes entendent bien plus rarement (voire jamais) ce type d’insultes sur leur passage, peu importe leur tenue vestimentaire. Affaire de culture du cul, affaire d’éducation-cul. Éloge de la retenue allemande (pour une fois).

Sofie Peeters, une étudiante installée à Bruxelles, vient de défrayer la chronique avec son film Femme de la rue. Grâce à une caméra cachée, on découvre le quotidien d’une jeune femme qui déambule dans la rue dans une robe d’été même pas provocante : un parcours semé d’insultes et de harcèlements (j’t’offre un verre, mais chez moi, pas au café, l’hôtel direct tout ça tu connais…)

Triste réalité. Rien de nouveau sous le soleil, certes, mis à part le fait qu’une courageuse étudiante en cinéma a voulu en faire un film et que ce documentaire étale crûment la bassesse de ces propos masculins.

Moi qui partage mon existence entre Paris et Berlin, je pourrais ajouter quelques minutes au film de Sofie Peeters.

Première séquence, Berlin : votre blogueuse se rend à une fête de Nouvel An, habillée comme une outrageante drag queen. Legging en or qui moule le popotin, fausse moumoute blanche, paillettes vertes sur les pommettes, chaussures compensées et cheveux en folie (ben quoi, c’est la fête oui ou flûte?! on n’est pas sur un blog de mode ici, j’ai droit à l’excès et au mauvais goût, que je sache) Je traverse Schlesisches Tor, un quartier sympa de Kreuzberg bordé de restos turcs. Si les têtes se retournent, si les commentaires fusent, ils sonnent plutôt agréablement :

– Eh! t’es folle, j’adore!

– Je suis chercheur d’or, je t’offre une pizza ma pépite!

– Wow, ça flashe!

Pas de quoi foutre qui que ce soit en taule pour insulte sexiste, nous sommes d’accord.

Deuxième séquence, Paris : vers Charonne- Faidherbe, votre blogueuse, au mois de janvier, se promène en bottes de moto, blouson râpé et jean large. Tenue très peu sexuelle, il me semble.

– Tss tss, t’es charmante, tu suces?

– T’aurais pas dû laisser ton mec à la maison…

Troisième séquence, Berlin, été : votre blogueuse en robe très légère a encore oublié son soutif chez un bel Allemand. Mais de commentaires dans la rue, point. Je vais, sautillante, libre comme l’air, pensant que je vais peut-être brûler mes autres soutifs, comme ma mère il y a quarante ans. Quelques têtes se tournent, des yeux se perdent, n’osent pas insister – les Allemands ont presque honte de regarder les filles passer. Arrivée chez mon ami Helmut pour déjeuner, j’ai droit à des bras grand ouverts : « pas de soutien-gorge, c’est ça une vraie femme! »Et, à table, tout le monde me parle dans les yeux.

Quatrième séquence, Paris, été : pour échapper à l’insistance latine, je porte volontairement un futal volé à mon grand-père, mais par 30 degrés rien n’a pu me résoudre à porter cette affreuse prothèse de chez Princesse Bum-Bum.

– Ouh c’est chaud là, c’est dehors ou c’est toi? Chaude chaude, tss tss viens là…

– T’es bonne! 

– T’habilles pas comme ça si tu veux pas qu’on te parle…

N’est-il pas triste de penser qu’à mon âge avancé, mes parents s’inquiètent encore de me voir prendre le métro en jupe à Paris passé neuf heures du soir? Tandis que j’arpente, nue si je le veux, les rues de Berlin à l’heure du loup sans entendre le moindre commentaire? La seule et unique fois où l’on m’a mis la main au panier dans un bar à Berlin, c’était un… Français. La grande classe hexagonale, mec! Tu exportes avec habileté ce qu’on fait de mieux en France!

L’élégance à la française devra peut-être bientôt aller se réfugier dans des pays plus accueillants. Quand les rues de Berlin seront peuplées de minijupes frenchy même par -20 degrés, et que toutes les jolies gambettes de Marseille, Paris ou Tourcoing seront planquées dans des salopettes à la Coluche, il ne restera plus grand-chose au charme légendaire de la capitale de l’amour.

Et nos amis germains, eux, pourront se réjouir pour une fois d’être nuls en drague : à eux les petites robes, les décolletés et les œillades. Ach, wunderbar!

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

23 réflexions sur “Education Q à l’allemande

  1. Je suis tout d’accord avec toi Marion, le harcèlement de rue est quasi-inexistant en Allemagne, et je ne me suis jamais autant sentie en sécurité lorsque je rentrais de soirée à Berlin. Après y avoir vécu plus d’un an, ce fut la douche froide lors de mon retour en France… « Tss tss, t’es trop bonne » est sans doute l’un de mes premiers souvenirs lorsque je suis rentrée sur le sol français. Ba ouais, le contraste était d’autant plus saisissant que je n’étais plus habituée. Surtout quand la phrase est prononcée en pleine journée, que tu te rends à la bibliothèque et je tu es habillée en pantalon. Du coup, quand j’ai entendu parler de ce documentaire, je me suis aussitôt souvenue que, pendant de longs mois, j’avais été à l’abri de ce genre de réflexions. Merci pour ton papier !

    1. Avec plaisir Sophie. En vivant en France on oublie que ces insultes ne sont pas le pain quotidien de toutes les femmes et que le respect peut exister, que c’est un droit. Un droit, point barre! Je suis ravie que cette jeune Belge ait fait ce film. Il parle pour toutes les femmes, un beau coup de gueule en grand écran.

  2. Il faut arrêter un peu, c’est pas parce qu’une minorité d’imbéciles aussi distingués qu’intelligents vous disent: « t’es bonne » ou « tu suces » qu’il faut direct dire les français sont des gros porcs et que pour draguer une fille ils font dans la vulgarité! Comme tout un chacun quand je vois une vois une belle fille je la regarde mais jamais je m’amuserai à dire ça et la plus part voir la quasi totalité de mes amis, qui ont fait des études ou non, n’ont jamais fait ça également! Alors arrêtez de faire des amalgames en disant les français sont des porcs et les allemands de vrais gentlemen! Nous les français avons certes beaucoup de défauts, que ce site aime de plus en plus montrer au profit des allemands que vous montrez comme des vrais exemples à suivre, mais nous n’avons pas que ça! Et pour faire le contre point de ce que vous venez de faire j’ai cette année rencontrée pas mal d’allemandes qui trouver que c’était bien plus agréable qu’un garçon les draguent (mais pas comme cela) qu’avoir affaire à des allemands qui sont expressif que le mur de Berlin!
    Alors oui il y a des cons mais l’élégance à la française existe belle et bien et elle perdure donc arrêter de nous mettre tous dans le même sac et de dire, comme c’est une habitude depuis quelques temps, que la France c’est de la merde et que l’Allemagne c’est mieux! Chaque pays ont leurs qualités et leurs défauts!

    1. Bonjour Clément,

      Bien, je n’ai JAMAIS dit que les Français étaient de gros porcs et les Allemands des gentlemen, relisez l’article.
      Draguer n’est pas insulter une femme de salope ou de chienne lors de son passage dans la rue. La drague est un art lorsqu’elle est bien pratiquée, je la défends aussi.

      Qui a dit que « la France c’est de la merde et l’Allemagne c’est mieux »? Cher Clément, en lisant quelques articles de mon blog vous verrez bien vite que je suis farouchement antipatriotique, attachée à la cause universaliste, que je me fous des frontières autant qu’une petite culotte sexy à la française ou d’une currywurst. Je m’amuse des clichés culturels, des différences qui nous heurtent lorsqu’on vit à l’étranger, pas un seul de mes articles vise à pointer du doigt de « mauvais » traits de caractère culturels chez les uns ou chez les autres.

      J’aime les garçons, la séduction à la française, la drague, les décolletés, les minijupes, mais j’aime aussi le féminisme très allemand, le respect des hommes allemands pour leurs congénères, leur conception libre et égalitaire de la sexualité. Bref, comme dit un de mes amis, je prends « le meilleur des deux mondes ».

      Bien à vous

      Manon

  3. Bonjour;
    je suis vraiment interesse par votre publication que je considere comme un memo contre l’intolerance intersexuelle s’il faut l’appeler ainsi. Seulement, votre blog semble etre destine a un public occidental parce que pour nous africains, il existe deux choses: soit vous couvrez votre corps et vous etes respectee par tous le monde, soit vous l’exposez et vous ne saurez meme pas sortir de votre maison. Comprenez donc par la que nous sommes crees de la meme facon mais pas avec la meme culture. D’ou, il n’y a pas a accuser ou a venter l’attitude des uns ou des autres. Tout depend de la culture de chaque societe. La meilleure de chose serait de vous adapter a la culture du milieu d’accueil pour esperer vivre libre en respectant la liberte des autres. Se promener nu dans la rue est certes votre droit, votre liberte mais refuser d’etre exposer a la pornographie dans toutes ses formes est aussi un droit pour les autres. La tolerance c’est chercher le juste milieu qui soit satisfaisant pour vous et pour les autres. Courage dans cette lutte qui n’est pas facile sutout que arriver a faire penser tout le monde de la meme maniere sur un aspect de la vie c’est un exercice complexe. merci.

    1. Bonjour Innocent,

      Je suis d’accord avec votre commentaire. Loin de moi toutefois l’envie de faire penser tout le monde de la même manière sur un aspect de la vie – quoique, si, en réalité je souhaite que personne n’insulte une femme dans la rue sur des critères sexuels.

      Refuser d’être exposé à la pornographie est un droit, d’ailleurs j’aimerais bien qu’on me l’octroie personnellement – mais une femme en robe d’été n’est pas de la pornographie. En aucun cas!

      Il ne s’agit pas ici de pornographie ou d’exposition du corps, il s’agit du regard de certains hommes sur les femmes – un regard oppressant, machiste et imbécile, plein d’une morale sexuelle qui esclavage la femme au bon vouloir d’une société qui reste malgré tout assez patriarcale.

      Dieu merci, bien des hommes contredisent cette généralité! :)

  4. Wow comme c’est vrai!!!!
    Quel choc à chaque fois que je reviens à Paris et que je me prends ce genre de commentaire à froid sans m’y attendre au début, puis à être vigileante tout le reste du séjour, à prévoir que chaque mec qu’on va croiser va peut-être sortir qqch de ce genre.
    Et enfin, arrivée à Schönefeld, à souffler, je peux re-être moi, m’habiller comme je veux et me balader librement comme je le veux et quand je le veux!
    Ca peut paraître un détail mais c’est essentiel lorsqu’ont vit qqpart de ne pas être sur la défensive et se sentir attaquée tout le temps!
    Merci Manon!!!

  5. Heureux pour les allemandes, à Abidjan c’est nettement pire qu’a Paris. Dans certaines rues, les filles en tenue un peu osée sont systématiquement agressées et dénudées. il m’arrive souvent quant je suis avec ma copine dans certains quartiers et qu’elles osent se lâcher et s’habiller comme elle veut, de gonfler les muscles pour que ces cons lui foutent la paix. je sais à quel point les regards , les mains qui traînent et les sous entendu peuvent être déplaisant.
    Vivement que les allemands n’exportent pas que des voitures de luxes et des machines solides et fiables.

  6. Ha si si moi j’ai dit « la France c’est de la merde et l’Allemagne c’est mieux » … A ce que tu décris les Allemands sont comme les Suisses et en tant que femme j’adore la Suisse.

    Halala ! LALA !!! s’asseoir en terrasse seule pour prendre un café … et personne ne te regarde, personne pour te déranger en plein milieu de ta lecture d’Ulysse, aucun serveur pour te parler contre ton gré (et tu es obligée de rester aimable à ses remarques merdiques sans quoi il va cracher dans ton café, voire pire), rien à l’horizon. Pas le moindre petit regard déplacé, des hommes normaux, des femmes normales. Loin de la France et de ses psychopathes sexuels qui ne connaissent pas la différence entre séduire et exprimer le désir. Suisse MONAMOUR.

    Et la piscine !!! Manoon !!!! LA PISCINE EN SUISSE putaiiiiiin. Un fantasme absolu. Tu arrives. Seule avec ta serviette. Tu t’installes. Seule sur la pelouse. Entre le petit couple tranquille à 2 mètres et la bande de joyeux garçons qui cuvent la soirée de la vieille à 5 mètres. Et là tu t’allonges tu fermes les yeux bercées par les ploufs piscinesques et …

    et …

    HOOOO … et !?

    et RIEN, nada, ouelou. Il ne se passe rien. Queude podzob, même pas une ombre « vouzavedufeu? » entre toi et le soleil. Pourtant y a bien une dizaines de mecs postpubères installés à côté, or pas un ne te regarde.

    De deux choses l’une :
    – soit tu as paumé ta féminité entre chez toi et la piscine et ça craint.
    – soit tu es dans un pays civilisé.

    Toutes les françaises devraient avoir droit à un séjour de 15 jours par an en Suisse ou en Allemagne, en Finlande ou au Canada remboursé par la sécu.

    Cela bien sur n’empêche pas ces messieurs de te faire savoir que tu leur plais quand c’est le cas mais en des termes ou c’est acceptable et compréhensible.

    LA FRANCE CA PUE VIVE LA SUISSE !!!

    Il y a quelques années, plusieurs fois par mois sur feu mon blog, je mettais en avant à quel point la société française était sexiste, machiste et rétrograde, en utilisant une pub, une scène de la rue vue ou vécue, un film français bien potache aux excellentes critiques mais ou personne ne relève (trop occupé à rire) que le héros comique frappe violemment une femme et redouble de violence dans ses coups en découvrant qu’il s’agit d’un homo travesti. Ça c’est grand public, ça c’est français et ça fait du chiffre. Les acteurs : des têtes d’affiches adulées.

    J’appelle « le péage » le fait qu’on ne puisse pas sortir seules en France que ce soit le jour ou la nuit, en mini jupe ou en col roulé, sans te faire brancher et insulter si tu ne réponds pas. Les hommes en France trouvent ça tout naturel de se diriger vers une femme qu’ils ne connaissent ni d’Eve ni d’Adam pour lui adresser la parole sans se présenter. Rien que pour moi ça bloque là.

    Passons sur les raisons pour lesquelles un homme va traverser la rue, changer de trajectoire pour se diriger vers une inconnue. En tout cas si tu ne le récompenses pas de t’avoir fait cet honneur, t’es sure de te faire insulter. A moins, comme moi, d’avoir l’air franchement dingue (ce qui arrive très vite quand je vois un homme modifier sa trajectoire pour croiser ma route).

    « T’es bonne tu suces »: la première fois que j’ai entendu ça j’avais dans les 14/15 ans, j’ai répondu aussi sec et c’était le début d’un parcours du combattant qui est celui de toutes les femmes françaises. Moi j’ai résolu le problème assez vite, j’ai la chance (parce qu’en France c’est une chance) d’être quelqu’un d’hyper belliqueux servie par une détente de puma. Ça traine pas.

    La France, en matière de droit des femmes est un pays infect et les hommes français sont infects. Ils sont misogynes, sexistes, grossiers et vulgaires et n’ont aucune éducation en matière de femmes ou de séduction.

    Toutefois, je conçois la sincérité de leurs dénégations quand on les qualifie de dsk, ils ne se rendent juste pas compte qu’on ne peut pas toucher une femme sans son accord, qu’on ne peut pas déranger une nana qu’on ne connaît pas sous prétexte qu’elle plaît et que leur attention dans ces conditions ne peut absolument pas être prise d’une façon élégante.

    C’est leur éducation qui est comme ça. D’ailleurs en France c’est la norme cette éducation basée sur la soumission des parents (donc de « maman ») aux moindres désirs des enfants. A partir de la je conçois très bien que les mecs français ne se voient pas faire et ensuite hurlent à la calomnie parce que pour eux, c’est naturel.

    Pour finir sur un note édifiante : A l’époque du blog, j’ai passé une journée à appliquer aux hommes leur propre comportement « waow t’es beau toi, t’es dispo là tout de suite ? « , à les accoster aux feux rouges, en terrasse, n’importe où, qu’ils soient occupés ou non, m’installer à leur table (« vous êtes tout seul monsieur, comment ça se fait qu’un beau mec comme vous soit tout seul ? ») être insistante, traverser la rue l’air de Bernadette ayant vu la vierge pour leur coller au train en leur murmurant des mots « tendres ». Tout comme eux.

    Non seulement ça les terrifie de se faire aborder, et ceux auxquels il restait un peu de couilles pour me parler m’ont fait remarquer à quel point ils se sentaient agressés, (sans blague …?) mais en plus à l’unanimité ils considèrent que c’est un comportement de dingue.

    Comme quoi, finalement, on est d’accord…

    1. HAHAH Fafa! Moi aussi j’ai fait cela plus d’une fois pour m’amuser dans les rues de Pigalle… dernièrement, avec mon amie Karen, traversant une rue sex-shopée à mort, nous avons répondu à tous les harcèlements par des harcèlements encore plus terrifiants et si amusants pour nous…

      Émoustillées par le jeu et les réactions choquées des mâles nous allâmes jusqu’à aborder à l’avance ceux qui semblaient nous chercher…

      C’était tout bonnement jouissif. Jouissif!

      Mais, chère Fafa, je ne dirais pas que les homme français sont infects.
      Certains sont de vrais délices. Je les adore. J’aime qu’on me tienne la porte et qu’on me tire ma chaise. J’adore qu’on me balance un truc osé au milieu d’un dîner bcbg. Certains savent jouer comme personne, et je t’assure que j’ai rarement vu un Allemand faire ça. Ah si – pardon. Les Allemands de Cologne. Mes chouchous. Le meilleur mix qui soit entre la France et l’Allemagne, pas loin de la frontière.

      Colognais chéris, venez à moi.
      Vive le Thalys.

      1. (je me marre de t’imaginer en train de terroriser les hommes à Pigalle … )

        Sinon je suis pas d’accord … les américains/brésiliens/tunisiens/algériens/suisses/allemands/canadiens/finlandais te tiennent la porte, tirent ta chaise, passent devant toi dans l’escalier, ne servent pas le vin eux même, ce que les français de moins de 60 ans complétement à la masse point de vue culture ne savent plus faire et à côté de ça un américain/brésilien/tunisien/algérien/suisse/allemand/canadien/finlandais saura placer le bon mot grivois au bon moment, contrairement au français, qui n’a que ça à la bouche.

        A la décharge du français les hommes de ma famille ne sont pas sexistes, donc je suis un ovni rapport à la culture française, ce qui explique mon intolérance totale à leur comportement.

        Et peut être qu' »infect » est un peu trop fort effectivement, inconsistants et dérangés ça colle plus … Et encore une fois je suis gâtée rapport aux nombres de cultures différentes auxquelles je suis confrontée quotidiennement et ma possibilité de noter à quel point dans d’autres cultures la femme est tellement mieux traitée.

        un exemple basique : un soir avec un groupe d’amis et amies tous issus de pays et de cultures différentes, je n’ai pas envie de m’asseoir dans le trajet des toilettes dans un resto, n’importe quel de mes potes trouve ça normal parce que eux et elles non plus n’ont pas envie d’être sur le trajet des chiottes, le seul qui va objecter que « je suis chiante » c’est le français. Lequel une fois invité à prendre ma place (t’imagines bien que je ne me suis pas retenue de lui proposer) se récrie soudainement qu’il n’a pas envie de s’asseoir là (un exemple vécu entre 500 000 autres, si tu veux je te fais la liste par mail …). C’est tout.

        En France quand tu demandes, en tant que femme, quelque chose de légitime, tu es chiante, ou folle selon le degré de connerie du mec en face. Ailleurs c’est juste normal qu’une femme donne son avis, voire refuse la place qu’on lui propose.

  7. Salut, cher Innocent
    Disons que votre commentaire, bien qu’il soit logique, rejoint une conception, une si vieille et incompréhensible conception selon laquelle les Africains seraient plus sensibles à la pudeur ou plus chastes ou je ne sais plus trop quoi… que les autres. Quand vous dites que dans nos cultures africaines – comme je suis aussi africain – les femmes doivent se couvrir le corps, toutes ces petites filles africaines noires-là que nous voyons aujourd’hui se promener nues dans les rues sont-elles des acculturées… ou des vendus à l’Occident comme on aime les appeler ici? Mon cher Innocent, aucun problème n’est à poser sur un plan africain ou occidental ou oriental… c’est le genre humain qui est concerné, avec des vicieux et pervers d’un coté, et des gens plus raisonnables de l’autre. Ce blog n’est pas destiné à un public occidental parce que tenu par une fille occidentale. Ce problème abordé nous concerne tous, comme nous assistons aux mêmes scènes ici. Bon, c’est ce que je crois, on m’ a toujours reproché mon afro-sarcasme et ma tendance à vilipender l’Afrique mais… bah.
    Amitiés

    1. Merci David pour ce très beau commentaire. De ta part je m’attendais à plus de provoc fessue et une fois de plus tu me surprends. C’est le propre des grands écrivains n’est-ce pas…

  8. Bonjour,

    Je suis arrivé ici un peu par hasard. Je trouve votre article et expérience intéressante.

    Ce que j’en pense.

    D’abord pour le film de Sofie Peeters ..

    Etait il vraiment si sincère ? J’ai quelques doutes ..des plans comme a la fin paraissent trop cliché ( un groupe de jeune homme assis sur des bancs et notre sofie toute seule entrain de lire sur un banc un peu plus loin ..tout ces jeunes hommes la mattent mdr ( j’avoue que ca m’a bien fait rire ce plan et que pour c’est impropable ce plan ( je parle de la façon tout les mecs d’un coté ( aucun ne vient la voir et elle lisant sur un banc pendant qu’eux la matte mdr )..

    autre plan dont j’ai des doutes ..quand le monsieur a la veste en jean passe et soulève sa veste en jean pour la traiter avant de rabaisser sa veste en jean ( là encore ça ma fait sourire le mec la croise soulève la veste en jean la traite puis continue ..moué je doute…)…

    mais je pense que le problème de Sofie vient bien de son habillement ..et ce sont les bottes !! Et sofie le sait parfaitement ..

    une petite robe d’été légère avec des bottes ( qui ont l’air en plus tendance hiver..) alors quand un jeune passe avec un bonnet en été ( oui il y en a ) de suite il se fait cataloguer racaille ..)

    ici les bottes de Sofie pour les hommes sont un peu synonyme d’une femme qui en veut je veux dire par là une femme très sexy .. si Sofie avait mis des bottes en caoutchou vert ( celle de la campagne ) est ce qu’il y aurai eu la même reaction ?..

    ici ca lui donne un air ..et certains hommes peuvent même voir en Sofie une pro ..

    que ce soit à Paris , Bruxelle ou Berlin ..vous êtes tombé un jour ou l’autre en passant en voiture des ces filles ( les péripat* ) au bord de la route ..Pour Paris c’est autour du périf par exemple et beaucoup sont en ..botte ..

    les bottes sont un signe ( dans certain cas ) cela veut a une signification ..

    Et ce n’est pas un hasard si ces hommes la traitent dans la majorité de petite fesses etc ( étrangement ils sont plus portés sur ces fesses au lieu de sa très jolie poitrine ?

    on pourrait alors voir l’effet des bottes justement dans ces réactions .. car ces hommes lui parlent de ces fesses et pas de n’importe quelle manière ..

    on entends des oups oups ( du moins plutot comme des coups de fouet ..

    beaucoup en voyant Sofie habillait d’une petite robe d’été ( rien de choquant ) mais avec des grosse botte d’hiver ont sans doute eu l’image d’une femme aimant le fouet ( imaginaire d’une femme qui fouette ( la fameuse femme avec les bottes et le fouet ) ..

    J’aurai aimé voir l’expérience Sofie avec des petites chaussures d’été ..

    Ensuite évidemment faut pas mettre tous les français dans le même panier ..l’élégance française existe encore ..

    Maintenant oui ça existe …et oui c’est assez pénible.

    Oui en France ça devient de plus en plus. C’est bien la réalité.

    La France se latinise …

    Oui il y a une différence entre la France d’aujourdhui et celle 20 ans avant …

    la France n’était pas un pays latino .. pour se faire siffler dans la rue fallait aller en espagne, amérique latine, afrique, italie ..

    ou le comportement des hommes et différents a la France ..

    beaucoup de femme avant aimaient la France justement car elles étaient tranquille et n’avaient pas à subir ce comportement …

    Aujourd’hui la France devient comme ces pays ..même si encore le pays reste partager..

    la preuve est aussi faite par le football ..notre pays avant n’était pas une grande nation du foot .. pas comme dans les pays latino etc ou le foot est sacré ..( que ce soit en amérique latine ou autre le foot est en général la preuve qu’un peu régresse.. devient plus populaire ..et que tout tourne autour du foot ..

    Maintenant partout dans le monde il y a de beaux quartiers et la les femmes ne risquent pas grand chose en se promenant le soir et avec toute tenue ..

  9. Je rajoute

    j’ai vu d’autre extrait de ce film ( http://one360.eu/blog/?p=16515

    en faite je crois qu’il faut voir le film en entier .

    Mais oui il y a bien un problème ( pas nouveau car cela à toujours existait dans certain quartier ..)

    la nouveauté est peut-être que ca se banalise …et que le film permet justement de faire une réfléxion et éviter cette banalisation …

    pour revenir a d’autre pays exemple anglophone ..je pense a certain pays comme l’australie ou ce sont les femmes qui sont obligés de prendre souvent les devant ..les hommes étant distant ( sans stigmatisé sauf certains catégorie d’homme inde latino etc ou cela se comporte parfois un peu étrangement ) mais sinon l’australien ne fait rien pas lui même ..

  10. L’argument des bottes me paraît franchement pernicieux… Ce ne justifie rien du tout, et c’est encore rechercher le problème du côté de la femme, l’éternelle coupable hein ?

    C’auraient été des cuissardes en latex rouge et talons aiguilles imaginons, bon à la rigueur… Mais enfin là, il ne faut quand même pas exagérer sur le caractère « ultra-sexuel » de ce choix vestimentaire… Et quand bien même, en admettant qu’il ait contribué à alimenter la fantasmatique de certains, eh bien il peuvent fantasmer en silence… se passer des injures… ou encore _ce devrait pourtant être la réaction la plus spontanée_ se réjouir de voir une femme épanouie, qui s’assume et s’habille comme elle veut. C’est ça qui est excitant dans la séduction, c’est qu’une femme libre et libérée s’intéresse à un homme, qu’elle le désire etc. Une femme qui a peur, une femme qui se « déguise » pour éviter les ennuis, ce n’est pas une femme séduisante, « sexuelle » au sens propre du terme…
    (Je ne stigmatise pas celles qui le font : malheureusement, nous finissons toutes par céder quelques pouces de notre liberté pour avoir la paix !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *