Le croque-mort de la spéculation

Das Leben der Anderen

Comme dans le film « La vie des autres », il y a un type qui voudrait bien savoir à quoi ressemble mon appartement…

La gentrification à Berlin, encore et toujours. Sujet lassant s’il en est. Mais pas quand il vient frapper à votre porte alors que vous auriez préféré l’enterrer. La gentrification m’est apparue il y a deux jours sous la forme d’un hideux Dracula de la spéculation. Il voudrait bien creuser sa tombe sous mon haut plafond de Neukölln…

Quatre-vingt-dix mètres carrés, un balcon, deux chambres, un salon immense qui me sert de salle de projo, et une cuisine qui peut accueillir dix invités à table. Voici une description assez juste de mon appartement paradisiaque à Berlin, dans le quartier de Neukölln.

Mon quartier, justement… Petite place armée de deux tables de ping-pong sur lesquelles le fleuriste chinois affronte quotidiennement le buraliste turc. Bancs publics envahis d’enfants qui jouent à chat et attendent leur tour pour taper la balle. Le bar installé dans un ancien salon de coiffure, aux horaires fantaisistes et à l’ambiance bohème, tenu par une lesbienne très littéraire, sa coupe à la garçonne toujours plongée dans un bouquin de Thomas Mann.  La brocante de Frau Berger en bas de chez moi – petit bout de femme aux joues roses et à la voix haut perchée – je la surnomme Björk – repaire des chineurs et des fauchés du coin. Le théâtre de marionnettes qui accueille aussi des discussions politiques. On se connaît tous.

Cela fait trois ans que j’habite cet appartement, ce qui n’est pas peu quand on sait que j’ai rarement vécu plus de dix mois au même endroit depuis mes dix-sept ans, âge auquel j’ai pris mon indépendance et rendu leurs nerfs à mes parents épuisés par mes frasques adolescentes. Dans ces murs, j’ai vécu trois des années les plus intenses en rebondissements de ma vie. C’est le premier appartement qui me soit aussi cher. Et pourtant, il ne coûte pas grand-chose par rapport aux loyers faramineux que j’ai dû régler en France ou dans d’autres quartiers de Berlin.

Un avocat de Hambourg a acheté l’immeuble il y a un mois.  Il s’est pointé l’autre jour chez moi. Immensément maigre, le visage moucheté d’étranges taches brunes, un nez crochu (je ne plaisante pas), il me tend sa froide main de croque-mort et entre dans mon paradis de bohème. Ses yeux fouinent partout, mais j’ai pris soin de fermer les portes de toutes les pièces. Il est prétendument venu régler le problème de tuyauterie que je subis depuis deux mois.

Le morbide gaillard ne me semble pourtant pas franchement calé en plomberie. (Normal, me direz-vous, il est avocat.) Après avoir salopé mon parquet en bidouillant les tuyaux, il sort des papiers de sa mallette. Voilà notre Dracula inspectant le carrelage de ma salle de bains et cochant des petites cases à tout va. Je m’approche de son document et je lis

Mietspiegel 2013

Le Mietspiegel (« miroir des loyers »), pour les Non-Berlinois, c’est une loi qui permet d’accorder les loyers à la modernisation des appartements. Si votre appart est super moderne, vous payez plus. La modernité à l’allemande va se nicher dans les moindres recoins de votre intérieur. Il y a deux ans, j’ai appris que quelques centimètres de carrelage pouvaient me permettre d’échapper  à une augmentation de loyer plutôt salée.

Comment vous dire, chers lecteurs, la rage qui m’a saisie à ce moment-là? Sous un prétexte minable, celui de venir constater l’état de ma tuyauterie, cet avocat qui sentait le formol était venu renifler la poule aux oeufs d’or qui se niche dans ce coin reculé de Neukölln. Une fois rénové, mon appartement vaudrait le double. Je le sais – et IL le sait. Je prends mon courage à deux mains pour ne pas péter un plomb. Je me force même à sourire.

Excusez-moi, je ne crois pas que ce que vous faites en ce moment soit légal. Si vous souhaitez visiter l’appartement, vous devez me proposer un rendez-vous par écrit en me précisant le but de la visite. Vous êtes venu pour les tuyaux, donc vous n’aurez accès qu’à la cuisine et à la salle de bains. C’est tout.

Dracula s’appuie contre le carrelage de ma salle de bains.

Je suis très en colère, me répond-il. Il faut que je vous le dise. Je suis venu de Hambourg. 

Je hausse mes épaules (tremblantes quand même).

– Ca m’est égal. Vous devez respecter la loi. C’est mon appartement. 

– Mais moi je suis le propriétaire! 

– Et moi je paie mon loyer. 

– Je vais vous envoyer un avertissement, menace-t-il de son stylo bic.

– J’ai un avocat, réponds-je.

Il m’apprend, comme si je n’étais pas au courant, qu’il est également avocat (ah bon? pas plombier?) et sort de la salle de bains dans un tel état de rage qu’il éteint et rallume trois fois la lumière en giflant l’interrupteur. Puis il me harcèle pour savoir pourquoi je n’ai pas retiré le nom de mon ex-petit ami de la boîte aux lettres.

Parce que c’est le travail du gardien, pas le mien. 

Le grand machin formoleux se retire nerveusement. Au passage, il jette un coup d’oeil noir à mon porte-manteau pour être bien sûr qu’aucune veste mâle n’y pende, signe certain d’une illégale occupation masculine de l’appartement.

Une fois la porte fermée derrière lui, je fais moins la fière. Sensation étrange d’avoir été visitée par un imbécile fanatique, un fou de la spéculation. Sensation d’intrusion violente. J’ai écrit il y a quatre ans une pièce de théâtre sur la Stasi, la police politique est-allemande. Quelques scènes me reviennent – bizarre, me dis-je, c’est comme ça qu’on devait se sentir quand on recevait la visite d’un de ces agents aux allures de rat.

Souhaitez-moi bonne chance, amis lecteurs, la guerre contre le croque-mort de la spéculation est déclarée.

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

33 réflexions sur “Le croque-mort de la spéculation

  1. ha j’apprends que ton problème de tuyauterie persiste?ha désolé ma chère, mais il est bien intelligent celui là venir avec un prétexte, vraiment fallait même pas forcer ton sourire il ne le mérite pas. j’espère que ça ira parce que s’il augmente le pris du loyer tu devras encore chercher un appart et bouger.

    1. La politesse est une arme, m’a appris une fois un ami Grec-Américain qui en usait d’une manière tout à fait offensive. Il ne méritait pas mon sourire, mais ce sourire ne voulait pas dire que j’étais prête à tout gober… t’inquiète Salma je vais me battre jusqu’au bout contre ce sale type!

  2. Super article. Mon quartier brésilien passe par le meme processus de gentrification, mais je résiste. On vera jusqu’à quand… chez nous la faute a Carrefour, bonne chance

    1. Chère Mélanie merci – à mon avis ça va s’arranger à la force du poignet, mais je n’en suis pas à ma première bataille judiciaire ici. Triste à dire, mais vrai!

    1. Hélas chère Mélusine, si près de la réalité que j’en ai encore la chair de poule. Jamais je n’avais fait physiquement face à une personne aussi ouvertement animée de mauvaises intentions.

  3. Oulalala. Ne jamais ouvrir la porte aux inconnus, Manon ! Bon courage pour le prochain face-à-face. Je ne savais pas qu’on pouvait augmenter le prix du loyer alors que tu vis toujours dedans. Je pensais que c’était pareil qu’ici et que tu devais attendre que le locataire quitte les lieux pour changer les prix.

    1. Non non je savais très bien qui il était et il m’avait écrit pour me dire qu’il venait constater le problème de tuyauterie… pas qu’il venait mettre son nez partout! Mais mon avocat m’avait bien informée, puisqu’il m’avait recommandé de fermer toutes les pièces non concernées par la visite.

      En Allemagne tu peux accorder le loyer à la gentrification des quartiers… il est aussi bien plus facile de virer un locataire! La trêve hivernale qui existe en France n’existe pas, par exemple.

  4. Cela fait quelques mois que je lis avec plaisir votre blog, qui fut très instructif sur de petits détails de Berlin que je n’avais jssque là pas remarqué et je souhaite vous souhaiter bonne m… dans votre histoire de logement.

    Petite précision : le Mietspiegel est un système prévu par la loi fédérale, et non limité à Berlin. Ce qui est local, ce sont les seuils autorisés d’augmentation des loyers.

    * * *

    @nicolasdagenais Oui, c’est bien la loi que cite Manon qui est d’application. En revanche, aucun délai n’est prévu par la loi. La seule obligation du propriétaire c’est de strictement limiter l’augmentation du loyer à la grille du Mietspiegel. Il est très probable que là où vivent les parents de votre amie, le registre ne voit ses seuils augmentés de manière significative que tous les 4-5 ans. Ici, son propriétaire a une autre stratégie : tenter de rénover l’appartement pour pouvoir remplir d’autres critères, faisant ainsi monter le loyer.

    Une seconde limitation existe : le loyer ne peut pas augmenter de plus de 20% en trois ans.

    Enfin, le propriétaire doit obtenir l’accord du locataire, faute de quoi il doit ester en justice pour obtenir l’aval du tribunal.

    Oh, et il n’y pas de résiliation au bout d’un certain nombres d’année : celle-ci ne peut avoir lieu que pour occupation personnelle ou non respect du contrat de bail (vous comprenez mieux pourquoi il regardait le porte-manteau ?).

    1. Bonjour Dereckson, merci pour ce mot instructif.

      Je sais que le Mietspiegel n’est pas réservé à Berlin mais lorsque je cite les Non-Berlinois, je parle en fait des lecteurs qui habitent la France.

      En effet, c’est bien la stratégie de notre cher croque-mort : mettre deux-trois carreaux de plus dans la salle de bains et augmenter le loyer ou, pire, rénover tout l’appart en me mettant dehors… Mon loyer ayant déjà augmenté il y a deux ans, je ne crains pas de changement massif à ce niveau-là – plutôt une mesure radicale d’embourgeoisement qui consisterait à me demander de partir contre une somme d’argent.

  5. Il peut augmenter les loywrs sur 5 ans de 20 pour cent par an pour se rapprocher du Mietspiegel. Ou renover et mettre me prix qu il veut. Mais il ne peut casser le contrat que pour utilisation personelle lu d un membre de sa famille. Vu le genre de type , prends avocat. Question. Ton loyer au m2 est de combien? A mon avis iö va vouloir refaire tout l immeuble….

  6. Bonne chance ! C’est fou d’en arriver à avoir besoin d’un avocat pour protéger on chez-toi … Heureusement le tien a l’air de bon conseil, et le croque-mort bien parti pour se casser les dents sur ton cas. Résiste !

  7. Je ne sais pas si ça peut aider, je viens de voir un documentaire sur la question sur arte (il est encore sur arte+7: http://videos.arte.tv/fr/videos/bail-bail-berlin–7518626.html ), intitulé « bail bail Berlin ».

    C’est flippant de voir à quel point certaines personnes perdent toute notion de savoir vivre quand il s’agit d’argent, et comment celui-ci arrive à avoir raison de la vie des gens par le biais de ces hausses de loyers. Moi qui rêve, ou rêvais, de revenir m’installer à Berlin dans quelques années (je passe maintenant de Vienne à Belgrade), j’avoue que ça me laisse médusée. C’est justement les loyers abordables, et la mixité sociale que ça induit, qui font l’attractivité de Berlin. C’est triste. Quoi qu’il en soit, bon courage!

  8. Note très intéressante !
    Votre malheureuse expérience illustre très bien comment peut se passer concrètement le processus rampant de gentrification…
    Bon courage et tout mon soutien pour résister !
    Avez-vous des liens avec les autres habitants de l’immeuble ? Ont-ils eu droit au même type de visite ? Et ne pouvez-vous pas essayer de vous concerter pour avoir un soutien juridique partagé ?

  9. Salut Manon,

    C´est bien que tu aies réagi comme ca, c´est incroyable que ces vipères se permettent de telles intrusions. Voici un reportage, je l´avoue pas très optimiste sur le futur de ton apparement, mais qui peux t´aider á t´armer quand on sait ce que cette femme à vécu.
    http://videos.arte.tv/fr/videos/bail-bail-berlin–7518626.html

    Merci pour tous tes articles, bourrés de vie, de vrai, d´humour, d´images, d´odeurs…

    Delphine

  10. c’est pas vous, petite insolente bornée, qui amenez la gentrification en prenant des appartements aux Turques avec des moyens bien français?
    Vous êtes vraiment Idiote!

  11. Bonjour Manon, très bon article.
    Malheureusement Berlin ne fait que suivre le destin de toute grande ville européenne.
    Et, sans connaitre ton histoire, tu as très certainement participé à se phénomène de gentrification que connait Berlin. La gentrification ne s’explique pas par la speculation immobilière, elle en est seulement une conséquence inévitable. Après la chute du mur, de nombreux artistes ont investi les quartier de l’est et ont réhabilité des quartiers entiers autrefois fuits par les berlinois. Puis il y a eu cette arrivée de jeunes étudiants qui ont considérablement modifié le paysage de la ville (commerces bio etc..). Des quartiers comme Kreuzberg ou Neukölln qui auparavant étaient des quartiers turcs sont aujourd’hui envahis par de jeunes bobo (dont je pense malheureusement faire partie). Prenzlauerberg est un exemple evident de cette gentrification, autrefois quartier de l’est pauvre, ces grands parcs ont attiré des familles aisées qui ont estimmé que le quartier était parfait pour elever une famille. Bien sur tout propriétaire voyant comment la ville se transforme souhaite en tirer profit. Tout comme moi ou toi l’avons fait. Malheureusement beaucoup de personnes ne pourront suivre… Si Berlin est si génial, c’est grâce à la gentrification et c’est aussi à cause de celle ci qu’elle s’eteindra comme toutes les autres capitales européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *