Illégaux mais légitimes : la Refugee Protest March

Depuis le 6 octobre, Berlin s’est enflammée pour une cause extraordinaire. Des centaines de demandeurs d’asile ont illégalement quitté les camps de réfugiés dans lesquels ils vivaient dans des conditions insupportables, à Chemnitz, Leipzig et dans d’autres villes de province. De Würzburg à Berlin, ils ont marché plus de quatre cent kilomètres pour protester devant le Parlement allemand. Jake Watson, Nils Meisel et moi-même sommes allés les rencontrer pour vous rapporter ce petit film de cinq minutes, fait dans l’urgence et avec les moyens du bord, afin de soutenir la cause de ces réfugiés dont l’audace a époustouflé l’Allemagne entière.

La Refugee Protest March : un reportage-docu de Manon Heugel (enquête, montage, voix-off), Jake Watson (caméra, montage) et Nils Meisel (son, mixage)

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

2 réflexions sur “Illégaux mais légitimes : la Refugee Protest March

  1. Bonjour Manon,

    Bravo pour ton blog, très instructif et agréable à lire.

    Je te donne mon avis sur cette question des réfugiés : je pense qu’il est légitime de rappeler le droit des étrangers et le droit d’asile en aidant ces réfugiés et en « denoncant » l’existence de ces camps. Cependant, les personnes qui mènent ces actions ne s’en contentent généralement pas, elles ont aussi des idées plus générales sur la question. Elles pensent ainsi souvent que le « marché » de l’immigration, en France ou en Allemagne, doit etre entièrement libre, que les cartes de séjour ne devraient plus exister, que la circulation et l’installation dans le pays devraient etre libres et sans entrave, etc Elles ne disent pas d’ailleurs « clandestins » mais « sans-papiers »…

    Cette conception de l’immigration (thème plus large que celui de l’asile j’en conviens) est je pense dangereuse car elle dispense de tout effort d’intégration, elle fragilise l’unité de la nation en renforcant l’existence de communautés culturellement différentes (surtout compte-tenu de la diversité des pays voisins de l’Europe) et qui s’ignorent et elle encourage enfin le vote pour les extrèmes.

  2. Que reste-il de l’humanisme occidental?
    Un ami a moi a passé 4 ans pour obtenir l’asile en France… quel temps perdu… remarque que certains prefere dormir dans ces conditions là plutot que de rester en Afrique (ou ailleurs)…
    très beau reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *