Berlin, Eurohorreur 2012

Depuis la dernière Coupe du Monde de foot, je n’avais pas vu Berlin dans un tel état. Adieu, douce cité extravagante, avant-gardiste, libre et anarchiste! « Wilkommen » l’horreur des écrans plats et des enceintes qui crachotent des beuglements de joie à chaque but. Berlin, capitale de la hype? Pas en ce moment. A moins que le ballon noir et blanc ne soit un accessoire tendance 2012?

Voilà une semaine environ que je souffre corps et âme.

En terrasse de ma pizzeria préférée, où servent des punks assagis : un écran blanc et un projo qui balance la coupe d’Europe 2012.

Dans ce bar sympathique de Neukölln, où nous écoutions autrefois (dans un temps qui me semble déjà lointain, comme si j’avais soudain soixante-cinq ans) du jazz en hochant nos têtes pleines de considérations snobs sur la dernière pièce (nulle) jouée à la Volksbühne : un écran géant qui hurle à chaque fois que la balle bondit.

Impossible d’y échapper : la coupe d’Europe a littéralement envahi Berlin avec ses couleurs hideuses, insultantes pour tout esthète qui se respecte (noire-rouge-jaune, la combinaison artistiquement perdante). Au café du coin, la respectable serveuse de soixante ans porte une casquette ornée de deux mini-drapeaux aux couleurs de l’Allemagne. Les voitures pavoisent également, faisant ressembler les parkings à l’arène des jeux Olympiques de 1936.

Le balcon de mon voisin est à un manifeste nationaliste à lui seul.  Même ses nains de jardin sont enveloppés d’un drapeau teuton. Un matin, nous vîmes ce flic retraité et désoeuvré s’adresser à la propriétaire du balcon qui jouxte le sien. Armé d’un mégaphone, en marcel noir et les joues couvertes de maquillage pro-équipe d’Allemagne, il l’apostropha :

Madame Benz, pourquoi n’avez-vous pas de décorations pour l’Euro 2012 sur votre balcon?

Madame Benz se sentit minable d’avoir été montrée du doigt en pleine place publique. Elle couvrit dès le lendemain sa petite terrasse de loupiottes et de drapeaux de plastique. Bienveillant, le voisin lui offrit même une guirlande de fanions allemands. Depuis, la banderole s’étend sur les deux balcons, émouvante déclaration d’amour sportif.

Que Madame Benz et mon voisin flicard aient des poussées nationalistes, passe encore. Mais que mes propres amis, qui sont ma chair et mon sang pour l’exilée sans famille que je suis sur ces terres allemandes, se passionnent pour les pérégrinations d’une balle de cuir poussée par une bande de types mal coiffés, non!

Les garçons accros au foot, j’ai toujours connu ça. Souvenirs mémorablement ennuyeux de mon premier amour, vulgairement avachi en cercle avec sa bande devant un carton Pizza Hut exhalant des relents de graisse hydrogénée, sursautant régulièrement quand la balle frôlait la cage…

Souvenir pénible de l’homme de ma vie (mon père) trouvant soudain le foot sympathique, lui qui n’avait jamais aimé que les échanges de balles gracieux de Roland-Garros, juste parce que mon frère se ramenait avec des bières à siroter entre « père et fils »…

Mais tout cela prend à Berlin des proportions monstrueuses : ici, les filles se mettent à croire que le foot, c’est hype. C’est du dernier chic de pousser des cris rauques à intervalle régulier, de boire d’infâmes breuvages à bulles et de se tenir par les épaules, bien carrées, comme des rugbymen.

Ma copine italienne qui disait détester le foot s’est prise d’amitié amoureuse pour un joueur à tête de grenouille dénommé Özil. Ma copine grecque, une passionaria hyper politisée, est scotchée devant un terrain vert avec un rond blanc au milieu, même quand son pays est en train de virer ultra-nationaliste aux législatives. Et même ma copine bosniaque qui est une cérébrale forcenée peste parce que son pays n’a pas d’équipe et qu’elle est obligée de faire semblant d’être pour les Croates. 

Alors ce soir, devant une Eurohorreur de plus, tandis que j’étais en train de faire la conversation seule à une brochettes d’amis aux yeux épinglés à un écran situé dans mon dos, j’ai pris mes cliques et mes claques. Je me demande même s’ils s’en sont aperçus.

Je me suis dit que j’allais cracher mon désespoir sur mon blog, même si à l’heure qu’il est, vous aussi, chers lecteurs, vous frémissez en attendant le match France-Angleterre de ce soir et que vous avez déjà deserté cette page anti-ballon.

Je vous pardonne ! Sur mon vélo, en rentrant à une heure pour une fois raisonnable, je me suis aperçue que Berlin m’appartenait : 90% de la ville était devant un écran et moi, seule sur mon fidèle destrier, je pédalais comme un cygne glisse sur l’onde, majestueusement ignorée et finalement… tranquille…

…un peu trop tranquille?

Ce contenu a été publié dans Société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

61 réponses à Berlin, Eurohorreur 2012

  1. Nico dit :

    Je compatis. J’essaie aussi de lutter contre ce fléau, mais on me prend pour un fou.

      • Zoé dit :

        Je partage absolument ton avis car comme toi je trouve abhérant cette poussée de nationalisme motivée par un ballon en cuir rond. Le pire est que la majorité ne se rend pas compte du ridicule et face á eux nous semblons des marginaux. Pour ma part étant Italo-Franco-Tunisienne, mariée á un Hollandais et vivant en Allemagne, je ne me sens donc pas particulierement attachée á une terre précise, mais au mélange des ces differentes cultures.
        Du coup pour quel pays dois-je donc encourager, applaudir ?

        • manon manon dit :

          Chère Zoé,
          Je te propose de regarder avec moi le patinage artistique cet hiver, c’est nul et personne n’aime ça (à part moi), on peut applaudir pour la candidate qui a les plus belles paillettes et le reste, on s’en fiche – qui se souvient du champion de patinage tunisien, français, hollandais ou allemand? Personne. C’est la solution! :)

      • TClaire dit :

        Suis-je la seule a trouver que cette article est infecte de suffisance et honteux de snobisme a l´égard du « peuple » arriéré qui se rejouit a l´unisson ?

        • manon manon dit :

          Pourquoi prendre si mal un billet d’humour? L’absence de distance tue plus que la clope, attention.

          • TClaire dit :

            Je ne le « prend pas mal ». Partageant moi meme une partie de tes pensées. Mais quand l´humour est a ce point suffisant et hautain ce que tu appelle manque de distance n´est que le reflet d´un manque de respect

        • HP dit :

          Non.
          Je déteste également le foot et, de façon générale, regarder le sport à la télé (ou en vrai). Je comprends donc l’avis de la blogueuse sur ce point. Mais je trouve assez malsain la façon dont elle dénigre les Allemands qui, malgré le mauvais goût de ces accessoires (Made in China) de fans de football, donne une belle image de l’unité nationale, non seulement à eux-mêmes mais également aux étrangers comme nous qui vivont à Berlin.
          Quand à la comparaison avec les jeux olympiques de 1936, c’est franchement très douteux comme humour. http://bit.ly/cQzG01
          C’est triste de voir autant de mépris pour le peuple qui nous accueille !

          • manon manon dit :

            Je n’aime pas le politiquement correct et je déteste le fait qu’il soit impossible de parler du passé nazi en Allemagne sous peine de passer pour une « malsaine ». Un petit cours d’humour à la Desproges ferait du bien à tout le monde, je crois. A moi aussi : apparemment, je ne suis pas assez marrante, j’ai encore du boulot.

        • Mélanie dit :

          Non vous n’êtes pas la seule!

  2. Emily dit :

    Ah finalement une personee qui est du même avis que moi sur le foot. Je n’ai jamais connu une telle passion pour le foot, même en Angleterre où on arrive pourtant à manger tranquillement sans des écrans géants partout. J’en ai vraiment marre car il faut aussi accepter le bruit des vuvuzelas et des feux d’artifices avec chaque but. Dimanche soir j’ai croisé quelqu’un qui voulait maquiller mon visage aux couleurs d’Allemagne (j’ai refusé). Le seul truc que j’adore, c’est aller au cinéma, faire du shopping, voir une expo pendant le match – c’est super tranquille et je suis presque seule. Mais je vais bientôt m’échapper à cette folie car je quitte Berlin samedi.

    • manon manon dit :

      Ma pauvre Emily aux couleurs de l’Allemagne! C’eût été horrible! :) Mais tu t’en vas déjà! Oh my God. Que va devenir Berlin sans ton blog? Tu vas faire des centaines de malheureux! :(

  3. Berliniquais dit :

    Sincère compassion… La prochaine fois, tu devrais peut-être t’adresser à cette clinique qui se fera un plaisir de soigner ton mal: http://www.der-postillon.com/2012/06/klinik-bietet-fuballhassern-sich-uber.html

    :-)

    J’en profite pour signaler que ce soir, c’est France-Suède. On peut ne pas aimer le foot, mais il faut rester à la page! :-)

    (ah, et je doute fort que la Bosnie n’ait « pas d’équipe ». Il doit bien y avoir une équipe bosniaque, contre qui la France a joué ses matches de qualification d’ailleurs)

    Je trouve ça personnellement très marrant tous les drapeaux, mais je conçois que cela ne soit pas du goût de tout le monde. Je te rejoins sur le fait que cette alliance de couleurs est passablement atroce. Du bleu, du blanc et du rouge, c’eut été bien mieux!

    Bon courage! :-)

    • Berliniquais dit :

      Au passage, elle est très bien trouvée, la photo :-)

    • manon manon dit :

      AHAHAHAHHAHAHAHAH cette clinique mais c’est génial!!! Bon, je ne sais pas si la Bosnie a une équipe ou pas, en tout cas elle ne joue pas l’Euro 2012. Ma pauvre petite Bosniaque!
      Bleu Blanc Rouge c’eût été plus gracieux mais si j’écris ça, on va me traiter de facho germanophobe. Car je suis une facho germanophobe, mais aussi une antipatriote francophobe, une horrible hipster et je n’aime même pas la bière. Oh là là!
      Moi aussi va, ils me font bien rire, ces drapeaux.

  4. Sylvain dit :

    Salut Manon,

    À te lire, je me dis que tu résumes parfaitement le genre de petite française hipster qui croit que Berlin lui appartient et qu’on est ici au centre de ce qui se fait de mieux, avec aucun droit à la détente ou à un autre goût que le tien. La principale différence entre toi et une allemande, c’est qu’elle ne diabolise pas le foot. Si tu as ton avis sur le foot, tant mieux, tu n’aimes pas ça, comme 90 % des françaises qui jugent que c’est réservé aux mecs avachis devant la télé, ce que tu écris. Le foot est un sport populaire, encore plus ici en Allemagne, comme dans tout pays qui prend ça comme une fête et non comme une marque de beaufitude. Si tu préfères te complaire dans ta hype à écouter du jazz (j’aime et le foot, et le jazz), enferme toi et laisse les gens avoir du plaisir ensemble, derrière des drapeaux d’accord, sans que cela n’entraine que les berlinois aient le bras levé sur leurs balcons.
    Les allemands ont rejeté longtemps leur drapeau ici, jusqu’à la coupe du monde 2006 organisée chez elle. Les allemands ont retrouvé un semblant de fierté et de patriotisme. On ne peut pas leur reprocher. Les petits drapeaux sur les voitures font partie du folklore. A Londres pareil, on a des drapeaux aux fenêtres, sans qu’on les taxe de nationalisme à ce que je sache ? A l’heure où un partie extrêmiste rentre à l’Assemblée nationale en France, je crois pas qu’on puisse faire la morale sur ce sujet.
    On peut aimer écouter du jazz et aussi regarder un match. Pour le simple plaisir de ne pas se prendre la tête. Si tu préfères visiter une expo pseudo hispter post moderne dans une galerie perdue de Moabit, car c’est hype, fais-le, mais tolère que les gens aient pendant trois semaines du plaisir à encourager leur pays, peu importe le drapeau.
    Entre les gens qui critiquent nos joueurs d’origine étrangères sous le maillot français et les gens critiquant la fierté de se retrouver derrière un drapeau, il n’y a qu’un pas. Ton texte est de la pure démagogie que tes suiveurs ici vont cautionner bien évidemment.
    Je le répète encore il faut arrêter de lier foot et beaufitude, réaction typiquement française. Tu es surement du genre à sortir que de toutes façons, les joueurs de foot sont des gamins surpayés qui courent derrière un ballon. Argument ultime des détracteurs du football. Je te vois venir à 100m et ton article est encore une superbe expression de tout ce que tu peux être comme cliché de la française pseudo intellectuelle qui n’en peut plus d’être là. Désespérant. En allant dans ta pizzeria préférée, où tu prends un pied monstre à te dire que tu es servie par des punks car c plus cool que des serveurs normaux, apprends un peu à connaître les italiens et leur amour du foot. Ils n’ont surement pas la même vision que toi de la chose.

    Je te cite « ici, les filles se mettent à croire que le foot, c’est hype. » Tout le monde ne cherche pas la hype comme toi et bien heureusement. Ne te réfugie pas derrière un pseudo second degré ou un manque d’humour de ma part, il y a forcément un fond de vérité dans ton article et ça me fait bien rire.

    Heureusement que la majorité des gens ici trouvent un nouveau prétexte de faire la fête ensemble !

    • manon manon dit :

      Quelle hargne… pourquoi? on peut se le demander… ce blog est un blog humoristique. Ça ne te fait pas rire, flûte alors. Et, au passage, oui: tout à fait, je suis une petite hipster, une Française, une bobo épouvantable, une méchante. Qui adore rire des autres, se moquer, montrer du doigt et dont le seul rêve est d’être hype… oui, c’est vrai – on se demande même si j’ai un cerveau, tiens! D’ailleurs, c’est pour ça que les gens me lisent. Parce que brosser le foot dans le sens du poil, genre le sport ça crée du lien social… ça m’emmerde, et mes lecteurs n’aiment pas le politiquement correct. Pour ça, ils ont la télé, avec le foot. Pardonne-moi ma vulgarité, je ne suis plus à ça près d’après toi n’est-ce pas? Sans rancune.

      • fred dit :

        je suis fière de supporter l’allemagne depuis l’âge de 10 ans même si je suis française, j’adore berlin et je prendrais bien ta place pour vivre l’euro 2012 aux côtés des allemands qui sont fiers de leur drapeau depuis 2006 et tant mieux, l’équipe d’allemagne est bien plus proche de ses supporters que les suffisants français qui se font remarquer à chaque compétition internationale au lieu de mouiller le maillot! sache aussi qu’arborer un drapeau de son pays pendant une compétition est tout à fait normal alors garde tes réflexions pour toi et raus de berlin si tu ne t’y sens pas si bien que ça tout compte fait!

        • manon manon dit :

          « raus » de Berlin? ça sonne mal ça…
          c’est drôle comme les gens s’acharnent à vouloir me trouver méchante, c’est drôle comme on n’a pas le droit de ne pas aimer le foot, c’est drôle comme sortir des clous se paie cher… je ne garde pas mes réflexions pour moi, et quant au « raus » de Berlin, je trouve cela tellement laid, tellement hideux et plein de relents historiques désagréables que j’ai longtemps hésité à approuver la publication de ce commentaire. Mais je vais le prendre comme un trait d’humour moi aussi, et comme ça tout le monde sera content ok?

      • Sylvain dit :

        Se réfugier derrière le ton de l’humour est le dernier rempart possible pour des arguments qui ne font rire que toi. Ton humour suffisant et hautain ne fait que refléter le fond de ta pensée. Et le fait que tu sois suivie par bon nombre de gens ne t’accorde aucune crédibilité. C’est facile d’exprimer sa coolitude devant son mac et de se réfugier derrière un masque plumé. Continue dans cette direction, tu es la meilleure, tu es la plus forte, tu as fait une école bien comme il faut, et tu sais ce qui est bon pour nous. Je t’en remercie !
        Attention la hype ne tue pas, elle n’est pas mauvaise pour la santé, elle est juste ridicule car passagère. Et ne me dis pas que tu n’es pas une hipster car ton blog en est la meilleure expression.
        A bon entendeur !

        • Sylvain dit :

          D’ailleurs le titre de ton blog « En direct de la capitale de l’underground » est bien la preuve que tu crois vivre dans la ville la plus cool qui soit, qui est à toi et que personne ne peut connaître, c’est bien la preuve de ta mentalité. Tu en fais l’argument premier de ton blog…
          Fafa et toi, détendez-vous, trouvez vous un mec, arrêtez de vous mast***** le cerveau…

          • TClaire dit :

            :) :) Je ne suis donc pas la seule a penser ce que je pense ! Merci sylvain. Pourvus que le message passe un peu et que notre bloggeuse comprenne ce que tu veux dire…

          • manon manon dit :

            « Fafa et toi, détendez-vous, trouvez vous un mec, arrêtez de vous mast***** le cerveau…

            je n’accepte pas le sexisme sur cette page. Je te fais une proposition : tu arrêtes de me lire et tu vas déverser ta haine des femmes chez un psy. Good luck!

          • Guillaume dit :

            Et oui Claire, tu n’es pas seule. Il serait d’ailleurs, je pense, assez amusant de savoir combien de ses lecteurs trouvent Manon pleine de suffisances et d’autosatisfaction à la « jesuislaculturevousnepouvezpascomprendre ».

            Désolé pour le revers Manon, tu écris bien mais tu représentes tous ce que je peux detester en cela que tu me fermes, par ton comportement, nombre de portes dans une ville qui ne sait trop où elle en est.

          • manon manon dit :

            je te ferme des portes? wow! génial, je ne savais pas que j’avais autant de pouvoir sur mes lecteurs, ça me fait bien plaisir, que vais-je en faire? ;) pourquoi me lire si tu me détestes cher Guillaume? c’est du masochisme. Ma foi, cet article rend tout le monde marteau.

  5. Fafa dit :

    J’ai viré de mes amis qui regardent le foot, je leur ai raconté une fois, deux fois, trois fois : les enfants aveugles à 10 ans de devoir travailler depuis leurs 4, 5, 6 ans dans des conditions infâmes pour fabriquer, ballons, chaussures maillots … Attirail inutile de chiens chiens crétins tout aussi assassins que leurs supporters. Gavés de millions gagnés grâce à un génocide organisé, qu’ils cautionnent évidemment. Ils faut bien que des gens meurent pour que le plaisir à regarder le foot soit à son intensité maximale.

    J’ai des meurtriers dans mon entourage, des copains qui ont fait des braquages à l’époque ou mesrine était à la mode … une balle perdue a modifié leur statut humain et social à jamais, d’autres ont tué par malheur, accident etc. Mais aucun de ceux de mes amis que l’on considère comme des « tueurs » ne participe par son
    épouvantable
    indécente
    indigeste
    liesse
    ennui
    indifférence psychopathe,
    pourvu que leurs gros culs se gorgent de bière et qu’ils puissent se taper dans le dos en simulant des émotions qu’ils sont incapables d’éprouver,
    au massacre d’enfants et à la misère du monde à ce point.

    Je dégueule les supporters de foot, je les méprise à ce point que c’est visible et que surtout personne jamais même un supporter en plein délire ne m’approche pour me parler de foot, je pourrais leur taper dessus. Sales cons.

    En Syrie à Homs des gens qui aimeraient bien regarder le foot sont en train de se faire massacrer dans des conditions ignobles, bahrein, somalie, iran, arabie saoudite … j’en passe j’en oublie et tout ce que ces gros veaux amassés par millions sont capable de faire c’est de s’entasser sur une pelouse pour applaudir à un chien chien qui court derrière une baballe …

    Dans mon entourage de tous âges, issu de tout milieu professionnels et de toutes cultures personne n’aime le foot ni ne le regarde, et comme je te le disais ceux qui le faisaient ont été sommés plusieurs fois d’arrêter et ensuite dégagés. Je n’ai aucune envie de frayer avec de vrais meurtriers, volontaires, au comportement d’une violence sans commune mesure par ce qu’elle révèle de connerie et d’inconscience.

    Quant à la notion de « plaisir ensemble » … confondre l’hystérie et le plaisir est je trouve un raccourci parfait de ce qu’il y a dans la tronche d’un supporter de foot.
    Des gens qui ne savent rien de la vie au fond parce qu’ils ne s’emmerdent pas à la vivre, qui s’ennuient, qui ont les capacités émotionnelles d’une table basse et qui ont besoin de se mettre en paquet de 100 000 autour d’une baballe pour arriver à jouir.

    Une horreur ? Le mot est faible.

    • manon manon dit :

      Comme j’aime ta plume irrévérencieuse Fafa! Tu seras toujours la Virginie Despentes de mes commentaires! Vas-y, mets-en, je suis à côté de toi avec mon épée en bois et mes sarcasmes méchants.
      Plus sérieusement, je suis moi aussi violemment choquée, le mot est faible, par les conditions de travail à vomir des enfants qui cousent les ballons, les maillots, les baskets et toutes ces laideurs footballistiques. C’est un de mes chevaux de bataille, tu le sais, et c’est drôle comme PLUS PERSONNE n’en parle.
      Alors le vivre ensemble tous dans la joie main dans la main avec le voisin et dans les flaques de bière?!

  6. Luc dit :

    Profite Manon, demain soir il n’y a pas de match :-)

  7. Agnès dit :

    Bon courage! Ici nous avons la combinaison qui tue: EM et Kieler Woche (importante régate et énorme fête populaire). Autant dire qu’il vaut mieux éviter le centre ville en ce moment…
    Au fait: you’ve got mail ;) .

  8. BobbyJohn dit :

    J’aime beaucoup ton analyse sarcastique des troudeballes intellectuallo-alternatifs qui crachent sur tout ce qui s’assimilent de près ou de loin au « vivre simplement ensemble ».
    « Le foot ? populaire. Moi je suis pas populaire moi, je suis au dessus de ca. »

    Vraiment tres bonne critique des Bobos et Hipsters en tout genre. Bravo.

  9. week end dit :

    énorme!!! ma copine allemande vient de me passer le lien de ton blog, je suis un mec et je déteste le foot! je te comprends. Allez, courage, c’est bientôt fini…jusqu’à la prochaine compétition…
    Anthony de weekenda2.fr

  10. Ping : Berlin, eurohorreur 2012 | Mondoblog

  11. tonio dit :

    Bonjour

    voici peut être l’occasion de mettre tout le monde d’accord: un web doc vraiment très bien foutu, qui parle (un peu) de foot et beaucoup d’Ukraine.

    http://www.lemonde.fr/sport/gol-ukraine.html

    bien à vous

  12. Stefan dit :

    Bonjour!

    Etant allemand vivant à Paris, j’ai trouvé cet article bien drôle, sauf que comme Sylvain le dit, certes c’est un texte humoristique, mais il reflète ce que tu penses.

    Perso je n’aime pas le foot. Sauf à l’EM et WM.

    Jusqu’en 2006, on avait presque « honte » d’être allemand, depuis on s’est enfin libéré et on vit pleinement notre pays. Et nous nous délectons chaque jour de voir nos drapeaux et de savoir que nous somme unis, de pouvoir fêter nos victoires et de pleurer ensemble dans nos défaites. Et tou cela dans le respect.

    En France, quand tu vas au stade, tu vois des racailles, 5000 CRS, des bagarres. En Allemagne, j’étais dans un stade avec des familles, des enfants. C’était la fête.

    Et c’est ca qui est bien. Les EM, WM, le Carnaval, Oktoberfest, les autres fêtes locales etc… Les gens voient ca comme une occasion de faire la fête. Chaque occasion est bonne! Ce n’est pas du nationalisme mais une occasion de fêter!
    En France, à Paris par exemple, il n’y a que la fête de la musique et c’est tout… C’est bien triste. Et pleins d’embrouilles tout le temps. Hier soir j’ai vu 11 francais marcher derrière un ballon. Ou est l’amour du pays, l’occasion de vivre et de fêter ensemble?

    Bien à toi,

    Stefan

    • manon manon dit :

      Lieber Stefan

      Bien sûr que cela reflète ce que je pense!!! mais qu’est-ce que je pense? Ai-je dit que les gens n’avaient pas le droit d’aimer le foot? de faire la fête, de picoler de la bière? non. J’ai juste dit que moi, je n’aimais pas ça et que j’en avais marre de voir ces écrans géants partout et de voir mes amis obnubilés par le foot. Et tout à coup on voit dans ce post une déclaration de haine à l’encontre du monde entier.

      Mais oui, les gens ont le droit d’aimer le foot et de faire la fête autour du foot! Mais moi, ai-je le droit de m’en moquer? Apparemment, non.
      C’est fou!

      Bien à toi aussi, geniess Paris!

      Manon

  13. pariggi dit :

    Il parait selon certains que « l’Allemagne n’aurait pas à donner des leçons… » ?? …L’extrême-droite est partout en Allemagne : du SPD avec Sarrazin et Buchowski au NPD, « Döner-Möder » (sic) et services d’État complices, en passant par la CDU/CSU… Le nationalisme et le racisme depuis la coupe du monde allemande n’a fait que s’exprimer plus librement encore et de façon décomplexée, et ce n’est pa speu dire quand on connaît bien ce pays. En passant, Manon, la Grèce n’a pas viré « ultra-nationaliste aux législatives », au contraire c’est la gauche radicale qui a le vent en poupe, et un parti neo-nazi dans les parlements, quoi de plus « normal » malheureusement puisque ça existe déjà depuis un moment dans certains Länder allemands ou en Hongrie… Quant à prendre l’hystérie médiatique « à gros-sous-sous » (et méchamment nationaliste, oui !) du foot pour du grand art et insulter les autres de snobisme, on dirait du Zemmour et autres justifications de l’injustifiable …Si les Françaises n’aiment pas le foot et le voient comme un truc de veau affalé et agressif inintéressant, elles me sont d’autant plus sympathiques.

  14. Anti-souffrance animale dit :

    D’habitude je n’aime pas votre blog, mais là pour une fois je suis d’accord avec vous, Manon.

    Le foot, c’est pour les primates.

  15. ledabe dit :

    J’aime le tour sérieux et la puissante analyse sociétale qui se dégage de vos commentaires.
    Point d’irrespect pourtant dans ce billet, juste de l’observation avec une pointe de dérision puisque Manon donne l’absolution aux siens pour leur péché footballistique.
    Il convient parfois de vescer un brin pour se soulager, et de ne pas tout prendre trop au sérieux.
    Si vous souhaitez vous asseoir, afin d’éviter toute blessure et de ne pas faire éclater vos hémorroides, commencer par retirer le parapluie.
    Je suis tout de même reconnaissant à celui qui écrit (il fallait oser), que les hordes éructantes et pissantes qui arpentent de façon ostensiblement belliqueuse les rues Berlinoises en scandant « Allemagne » donnent une « bonne impression » au visiteur « auslander ». (on dirait une nation de supporters du PSG)

    Jessie Owens reviens ! ils sont redevenus fous

    Je n’ai rien contre le foot, j’ai moi même de très bons amis supporters.
    Mais faire montre de cette hystérie collective (qui concerne tout un peuple et pas un quarteron de poivrots) me renvoie irrésistiblement à l’époque bénie du national-socialisme ou l’Allemagne donnait également une émouvante image d’union nationale .

    Vous pouvez aimer Berlin, moi aussi mais il faut trouver des arguments plus percutants que cette hystérie footbalistique qui stigmatise et ostracise …on pourrait trouver …je ne sais pas moi…la gastronomie brandebourgeoise…le sens de l’hospitalité… la clémence du climat (liste non limitative).

    Comme disait l’autre : « qui aime bien, chatie bien « 

  16. cieldequimper dit :

    Ach, à choisir entre l’extase devant le foot ou l’extase devant les tampons, quel dilemne cornélien…

  17. Anti-souffrance animale dit :

    Ah, une bonne nouvelle: la merde d’équipe de fRance s’est fait battre par les Espagnols. Viva Espana!

    Et un, et deux, et deux zéro!!! Contre les gros beaufs frakaouis!

    J’espère maintenant que l’équipe de RFA sera éliminée aussi, cela fera rentrer sous terre les gros beaufs éructants!

  18. Mélanie dit :

    Bonjour, j’avoue être un peu choquée par ton article. Même si je peux comprendre qu’on n’aime pas le foot, je trouve mal placé de rejeter si violemment l’enthousiasme d’un pays pour son équipe de foot. Je pense que tu n’as pas idée du nombre d’année qu’il aura fallu à l’Allemagne pour se reconstruire une identité « nationale », pour oser afficher les couleurs noir rouge or à son balcon.
    Traiter cette combinaison de couleur de hideuse, c’est cracher sur le symbole d’un pays (c’est comme ça que je le ressens du moins).
    Bref ton billet me fait mal.

    • Mélanie dit :

      En fait en lisant les autres commentaires je vois que tout cela a déjà été dit. C’est ton blog et on est pas obligé d’adhérer, évidemment. Pas besoin non plus de déraper dans des commentaires du type « nationalisme » « passé de l’Allemagne » etc, là n’était pas la question.
      Il semblerait juste qu’un gros malaise émane de cet article. Il est très périlleux de s’attaquer si brutalement aux coutumes d’un pays quand on en est l’invité. C’est bien de le faire dans certains cas, on ne peut pas tout cautionner non plus, là est bien l’intérêt d’un blog d’expatrié.
      Mais ici, trop d’acharnement qui à mon avis aura blessé tous ceux qui aiment l’Allemagne du plus profond de leur être. Le sentiment aussi que c’est « facile » de profiter des nombreux avantages de la vie en Allemagne si c’est pour lui tirer dessus pour des raisons si futiles. Le choc enfin de comprendre à la lecture de cet article que finalement, tu vis en Allemagne, mais tes amis ne semblent pas être allemands.

      « Mais que mes propres amis, qui sont ma chair et mon sang pour l’exilée sans famille que je suis sur ces terres allemandes… »

      Vivre à l’étranger pour vivre dans une bulle francophone?

    • Pauline dit :

      Je suis assez d’accord avec Mélanie. Ce billet m’a fait mal à lire, à moi qui aime autant l’Allemagne. Pas tant par le fond que par la forme. Etre irrévérencieux, avoir de l’humour, tout cela est très bien. Seulement, ici, ce n’est pas de l’humour, mais du sarcasme qui donne l’impression que tu ne connais pas ce pays, que tu ne l’aimes pas, que tu ne veux rien d’autre que le critiquer, tout en vivant ici, en bonne expatriée qui peut se définir comme l’étrangère de service au pays qui lui plaît, quand ça lui plaît.  »Moi sur mon vélo, ou de derrière mon admin de blog, seule au monde, je vaux mieux qu’une ville entière excitée sur du foot, je suis mieux que la masse des crétins dehors ». Méritée ou non, voilà l’impression que tu donnes. Voilà pourquoi tu blesses même des gens qui ont horreur du foot mais se réjouissent de voir les cafés berlinois pleins, les gens sourire, se parler sans complexe d’une table à une autre. Te lire m’a vaguement fait penser à de la germanophobie de comptoir.

      Comme le dit si bien Mélanie, il a fallu des décennies à l’Allemagne pour se réapproprier son identité, à trouver un moyen d’être fier de son pays sans avoir à faire face systématiquement à un passé que l’on aimerait pouvoir effacer. Je ne sais pas si tu fais preuve d’ignorance, d’étroitesse d’esprit ou encore de rage pour des broutilles dans ce billet. Pourquoi te moquer autant? Aimer le foot, est-ce si grave?

      Soit dit en passant: ce drapeau a une connotation beaucoup plus démocratique que tu ne le laisses entendre. Il n’a pas été utilisé par l’Allemagne nazie, mais revient tout droit des mouvements étudiants de Iéna, qui s’inspiraient d’idées démocratiques et modernes à la mi-XIXème siècle. Il s’agit probablement du seul drapeau européen qui fédère l’ensemble des obédiences politiques sans avoir de relent extrémiste et profondément nationaliste. Je crois qu’il faut avoir du respect pour cela et ne pas véhiculer un cliché inverse. L’avoir sur son balcon, sur sa bagnole, peint sur le front pour cause de match, oui, ça peut un peu fatiguer ceux qui n’aiment pas le foot, ça peut même avoir un côté comique pour l’observateur tellement ça en devient répétitif. On peut se moquer de cette obsession locale, la tourner en ridicule, bref en rire. Mais de là à écrire:  »Le balcon de mon voisin est à un manifeste nationaliste à lui seul » et dire qu’il s’agit d’humour, je crois qu’il y a un monde sur lequel tu fais l’impasse. L’Allemagne n’est pas ce pays que tu décris, nationaliste et arriéré, scotché à des écrans comme une sangsue sur une plaie, populaire et, somme toute, vaguement con. C’est un pays qui vibre pour un sport, derrière une équipe, et qui profite de l’instant pour vivre ensemble dans une très belle vague d’enthousiasme. Voilà ce que cela m’inspire, à moi qui déteste le foot et fuis comme toi les matchs. J’ai franchement du mal à voir en quoi on peut considérer ces piques contre cet élan démocratique comme de l’humour.

      Tous ces commentaires négatifs viennent non pas du fait que tu aies raison ou tort de détester le foot et ses conséquences, mais de la façon dont tu dis les choses. Ecrire se fait en fonction de ces lecteurs. Je me doute que tu répondras à cela qu’on vient te voir pour ta plume irrévérencieuse et que cela donc t’est égal. Mais nous sommes, nous aussi, les commentateurs négatifs, tes lecteurs réguliers. Des fans de l’Allemagne, qui savent se plaindre quand un truc leur manque ou les pertube dans ce pays, certes, mais pas forcément des gens qui vont aller casser du sucre sur le dos des Allemands à tout bout de champ. En ce qui me concerne, j’aime normalement ta plume, ton sens de la formule, les anecdotes que tu racontes. C’est pour cela que je viens et que je prends plaisir à te lire. Pas pour lire un texte qui contient approximations et formules blessantes sur un sujet a priori inoffensif…c’est trop dommage.

  19. Algue dit :

    Quel impressionnant déferlement de haine dans les commentaires … Oui, c’est un billet qui contient de la mauvaise humeur et parfois même de la mauvaise foi, et alors ? On est sur un blog perso ou sur une page institutionnelle ?

    En 2010, pendant la Coupe du Monde, j’ai fréquenté les terrasses allemandes pour regarder des types taper dans un ballon, alors que je n’aime pas le foot. C’était marrant, nous étions une bande de copains d’un peu tous les pays, dont plusieurs nations « non footballistiques ». La majorité de nos amis Allemands suivait la compétition avec attention, les Mercedes les plus respectables se couvraient de petits drapeaux ridicules. L’ambiance était bon enfant, les couleurs noir-jaune rouge fleuraient bon la joie d’être ensemble, plutôt que la haine / peur / revanche contre les autres nations. Ca nous faisait plaisir pour les Allemands de les sentir soudés. Et nous avions pris le parti d’en sourire quand nous voyions Paul le Poulpe faire la une des journaux.

    Sauf que les visages se fermaient si l’un de nous déclarait ne pas être pour l’Allemagne. Sauf que je n’ai pas osé, dans ces moments-là, exprimer devant mes amis allemands mon avis sur la question et que comme Manon, j’ai fini par jeter sur mon blog un bien plus amer que le souvenir que je garde de cette période. Comme quoi il ne faut pas présumer du comportement des gens à la lecture des billets d’humeur qu’ils écrivent les soirs de solitude …

    • manon manon dit :

      Mais ma chère Algue, ce n’est même pas un billet de mauvaise humeur du tout.
      Juste un billet de franche rigolade. Oui. Et apparemment, peu de gens comprennent l’autodérision, ou alors je n’ai aucun humour, ce qui est fort possible. Flûte alors. Je vais aller bouffer un clown et je reviens.

  20. Lola dit :

    Il y a visiblement des symboles qu’on ne peut pas critiquer ou remettre en cause et dont on ne peut pas rire ! Si tu avais dans l’idée de dire que la curry Wurst c’est vraiment imonde, je te conseille de prendre un peu de temps avant de rédiger cet article, au risque voir jaillir un flot de commentaires du genre « l’Allemagne, tu l’aimes ou tu la quittes ! ».
    Je trouve ça franchement inquiétant ce revival patriotique où on affiche sans complexe sa « fierté » d’être ou d’appartenir à la patrie. Et nous, expatrié, dans notre position de français à l’étranger, on doit oublier notre esprit critique et remercier sans discernement ce beau et grand pays qui nous accueille ?!
    J’espère Manon que pleins d’autre billets suivront, aussi pertinents et amusants que celui-ci parce que ça fait drôlement du bien du pas-politiquement-correcte !

    • Mélanie dit :

      Lola si tu avais lu les commentaires tu aurais vu que Pauline et moi n’avons jamais dit qu’il fallait oublié son esprit critique, bien au contraire!
      Seulement il y a un monde entre l’humour et l’insulte, l’insulte est condamnable, c’est pour cela que nous intervenons. Et si l’auteure était connue et qu’elle avait écrit cela pour un journal (pour peu qu’un journal accepte de publier ça) elle aurait été contrainte soit de s’excuser, soit de faire carrière ailleurs!
      En France comme en Allemagne, il y a des lois contre la diffamation, et heureusement!

      • Manon dit :

        Diffamation? Insultes? C’est proprement hallucinant et affligeant Mélanie, de dire que j’insulte un pays parce que je fais un billet d’humour. Je pense que tu vas trop loin, c’est grave.

        Je trouve tout cela parfaitement ridicule et je vais fermer les commentaires de ce billet si les gens ne peuvent pas contrôler leurs envies d’attaques personnelles. Ces commentaires n’ont plus rien de raisonnable ni d’intelligent, ils dépassent l’entendement : m’accuser de haine envers l’Allemagne, prétendre que je n’ai « pas d’amis allemands » ou que sais-je encore… juste parce que je me marre en disant que je trouve le drapeau moche (j’ai le droit?), c’est de l’hystérie. Contrainte de m’excuser? Je rêve!

        On ne se connaît pas, on va rester tous polis et arrêter les frais, le foot ne mérite pas autant de folie et ma pauvre petite personne non plus.

    • manon manon dit :

      Merci Lola,

      Que Pierre Desproges te bénisse…

      Et j’ose le dire : « LA CURRYWURST EST IMMONDE! (crois-tu qu’on va me faire comparaître au tribunal sous peu?)
      Mais attention, j’ai rien contre les Boches, j’adore les bretzels! »

      Tous ces commentaires sont inquiétants. J’en ai vraiment ras-le-bol de devoir répéter mon amour de l’Allemagne sut tous les tons sous peine de passer pour une conne germanophobe…

      Or je me fous de l’Allemagne comme d’une guigne et je me fous de la France, je ne crois pas au concept de nation – j’aime les gens et leur culture, pas leur passeport… mais ca ma chère Lola, c’est un crime en 2012… non, en 2012, il faut mettre un drapeau tricolore à son balcon, sinon on est une snob qui n’aime pas le « vivre-ensemble » (néologisme insupportable) et qui rejette les gentilles autorités allemandes qui ont bien voulu lui donner un coin de terre où habiter…

      Rien que d’en parler, j’ai peur. Tu viens, on va braquer un stand de saucisses?

      • Lola dit :

        Oui, oui, Allons y ! Et puis pendant le trajet on pourra se lire quelques blagues de « 666 coole Fußballwitze » zum Prusten & Johlen pour se remonter le moral !

  21. Oh… il ne fait pas bon ne pas adhérer au foot par ici…

    Un truc me tracasse… personne ne se sent dérangé par le fait qu’on se fait humilier publiquement par son voisin parce qu’on a pas décoré son balcon aux couleurs nationales???
    Quelqu’un a vu « Die Welle »? Et tout ça (sans faire d’allusions bien plus lourdes), ça n’interpelle personne, ça ne dit rien à personne?
    Il faut donc s’aligner au goût universel du foot pour échapper à la décoration forcée du balcon, et ne pas se faire insulter sur son blog?

    Manon, j’ai peur!
    D’accord, on peut (on en est libres) ne pas être en harmonie totale avec tes arguments. Mais enfin, quelque part vous lui donnez raison, à Manon.
    Elle dit donc que ces amateurs de foot sont vulgaires? Et vous lui fournissez la preuve en écrivant des commentaires tels que « Fafa et toi, détendez-vous, trouvez vous un mec, arrêtez de vous mast***** le cerveau… »
    Super! Amis de la poésie, bonsoir!

    Je ne suis pas fan de foot. Je suis italienne. Avec le foot italien en ce moment, j’ai intérêt à la boucler de toute façon.
    Mais enfin: vous rappelez vous ce fameux « coup de boule » de Zidane? Et la victoire italienne qui s’en suivit?
    La boulangère en bas de chez moi avait refusé de me vendre du pain pendant 15 jours, sous prétexte que les italiens sont des « sales fachos ».
    Parce que Materassi avait dit une connerie et que Zidane avait perdu la tête?
    Je me félicite de cette analyse politico-sociale, précise et sans préjugés, bien sur.

    De toute façon, pour moi toutes les réunions sous un drapeau, sous prétexte que la nation soutient un tel ou un autre, un sportif, un héros, une girafe si on veut, tout peut déraper en réunion nationaliste. Et l’humanité a déjà fait l’erreur à plusieurs reprises. Et nous allons recommencer. Tel est notre destinée. L’histoire se répète.
    Et nous on y travaille fort aussi. Euro ou non. Foot ou non.

    Je ne crois pas en ce prétexte, comme quoi les gens aiment faire la fête, ensemble, grâce à l’Euro. Il leur faut donc l’Euro pour faire la fête. C’est marrant, personne ne fête le printemps. Ni l’été d’ailleurs. Mais on fête une nation en bataille avec une autre, autour d’un ballon de foot.

    Vive l’Europe unie!!! ça a vachement bien marché ce délire. On est bien européens là, tous. C’est pour ça d’ailleurs qu’on fête son propre drapeau, et on chante son hymne national, et non pas « l’hymne à la joie » sous un drapeau étoilé bleu.

    Bref. J’attends la fin.
    De l’Euro et de l’Europe.

  22. Anti-souffrance animale dit :

    C’est vrai que la combinaison noir-rouge-vomi est « proprement » immonde. D’ailleurs, tous les drapeaux sont à brûler. Bien que le noir soit le plus beau, peut-être, comme le chantait Renaud dans « Le Déserteur ».

    Voilà un exemple de beaufitude footballistique qui, on peut l’espérer, fera fermer leur groin à tous ceux qui s’extasient de voir partout des torchons noir-rouge-vomi: http://www.bz-berlin.de/tatorte/nur-weil-ich-auch-fuer-griechenland-jubelte-article1489108.html

  23. Antoine dit :

    À part ça, le vent a tourné, pour les Allemands, Berlin n’est plus hype pour un pfennig. Le tourisme de masse, les hipsters qui ne parlent pas un mot d’allemand et la bulle immobilière ont tout foutu en l’air :
    http://tinyurl.com/83m6sn4

  24. Gab dit :

    Wow pourquoi tant de haine dans les commentaires ? Je suis un grand passionné de foot MAIS je dois dire que la stupidité et le moralisme qui se dégagent des commentaires contre l’article me semblent d’un ridicule assez étonnant…
    Et puis, en terme de rhétorique, il y en a même (un Sylvain je crois) qui se couvre en disant à l’avance en gros « oui si plein de gens sont d’accord avec toi, c’est juste que ce sont des suiveurs ».

    Franchement, j’ai lu tous les coms et je dois dire que sincèrement, c’est assez délirant de voir toute la prétention qui se dégage des propos de ceux qui critiquent la soit disant prétentieux de l’auteure…et pourtant, je suis du genre aussi à trouver méprisants les gens qui associent le foot à la beaufitude, mais il me semble que dans ton écriture, pour faire (sou)rire, tu joues avec l’exagération, les caricatures, etc. Donc, oui, il y a un peu la caricature de la hipster, bobo, archi saoulée par ce sport, mais j’avais l’impression que c’était pour forcer le trait…pas pour monter un parti politique anti foot ! Détendez-vous les gens !

    Mais tu sais, je crois pas trop que ce soit une question de « politiquement correct » (c’est une expression souvent utilisée par des soit disant « anti politiquement correct » genre Zemmour, pour justifier toutes sortes de propos vraiment racistes, sexistes & co), mais plus une sorte de moralisme sélectif : tous ces effarouchés sont plus choqués par un article de blog, que par le fait que quelqu’un se fasse huer pour ne pas avoir décorer son balcon aux couleurs du pays…

    Bref, Manon, on ne se connait pas, mais j’ai aimé quand tu as dit que tu ne crois pas au concept de nation, car moi non plus je n’y crois pas, pour en avoir fait les frais de nombreuses fois. Et c’est bien la preuve que tout est possible : un aussi gros anti nationaliste que moi se passionne pour le foot (le seul truc étant que je peux changer d’équipes à soutenir, comme je change de chemise…)

    Allez, à plus, comme l’a dit quelqu’un il y a longtemps : « le nationalisme c’est la guerre ! » la preuve ! (Oui, vilipendez-moi pour germano et franco phobies…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>