Étrangère chez moi

Mon vrai « chez moi », maintenant, c’est ça: une place calme et enneigée dans le quartier de Rixdorf à Berlin

Pour les fêtes, je n’y coupe pas : je dois rentrer à Paris. D’avance, je me réjouissais de retrouver les amis et la famille laissés en France.

Mais plus je vis à Berlin, et plus Paris me semble étrangère. Voilà que je me perds dans les rues de la capitale française, alors je les ai parcourues des millions de fois. Le plan du métro est devenu sibyllin pour mes yeux habitués à d’autres lignes aux noms barbares. Les stations Greifswalder Strasse et Zoologischer Garten me sont désormais plus familières que Saint-Michel ou Poissonnière.

Au feu rouge, comme une Allemande bien dressée, j’attends que le bonhomme devienne vert avant de traverser. Mes compatriotes me regardent d’un air moqueur en me doublant sur le passage piéton. Je peste contre l’absence de poubelles de tri dans les cuisines françaises – en Allemagne, chaque foyer en possède au moins trois. Je m’insurge devant les prix des plats au restaurants : 16 euros pour une vulgaire assiette de spaghettis qui coûterait 5 euros à Berlin. Sans compter que je suis forcée d’aller fumer ma cigarette dehors, au lieu de me la griller tranquillement, au chaud, au comptoir, avec un verre de vin.

Il y a plus étonnant encore. Et c’est là que se sentir étrangère en son pays prend un aspect tout à fait enrichissant. Faubourg Saint-Martin, Passage Brady, Faubourg Saint-Denis, je voyage dans un univers parisien sur lequel je n’avais jamais vraiment ouvert les yeux. Ce soir, c’est Noël, et hier déjà, une trentaine de jeunes femmes africaines se faisaient natter les cheveux, en groupe, chez un coiffeur de quartier. Dans les couloirs de la gare du Nord, les mecs de banlieue se retrouvent autour d’un téléphone portable qui crache du hip-hop, et alpaguent les filles qui se retournent en les invectivant. Rue Saint-Denis, les prostituées pour vieux loup de mer installent leur tabouret sous la neige et fument de longues cigarettes en parlant du prix de la baguette.

Ça, c’est Paris. Les vitrines gorgées de trésors de Noël – bijoux de corail, de perles et de diamants semblant sortir tout droit des fonds marins, animaux en peluche qui parlent, qui bougent et qui sautent dans des décors de contes de fées – côtoient une vie grouillante, une vie qui se passe dans la rue, au vu et au su de tout le monde. A Berlin, la largeur des rues et les températures hivernales extrêmes (-10° en moyenne) interdisent cette existence sur le pavé. C’est parce que les rues parisiennes sont étroites et tortueuses qu’on peut s’y retrouver, échanger une cigarette ou un morceau de musique sur son téléphone portable en regardant les filles qui passent.

J’ai traversé ces quartiers du centre de Paris des centaines, des milliers de fois. Mais aujourd’hui, comme étrangère en mon pays natal, je regarde ce monde comme une terre inconnue, et c’est bien la première fois de ma vie qu’il me semble aimer, authentiquement, sincèrement, Paris.

Joyeux Noël aux Parisiens, aux Berlinois, aux Mondoblogueurs et à tous ceux qui passent par ici!

Partagez

Auteur·e

manon

Commentaires

Boukari Ouédraogo
Répondre

Je me demande si je pourrais vivre un jour chez toi. 27 dégrés, je peux pas sortir, ne parlons pas d'une température de en dessous de 10.
Il arrive souvent, comme c'est le cas dans ton billet, de se retrouver étranger chez soi. Il suffit d'un petit changement. Je pense que tu te sentiras mieux à Ouagadougou.

manon
Répondre

27 degrés c'est trop froid pour toi?!!! wow :)
Peut-être que je me sentirais mieux à Ouagadougou, oui... il faudrait que j'essaie!

Like Gom
Répondre

Un peu d'amour pour Paris, C'est touchant et c'est... je cherche le mot juste... c'est... nostalgique!
Mais pourquoi nostalgique ... Peut-être pour Paris? Peut-être pour Berlin?

Joyeux Noël Manon parmis les siens!
Joyeux Noël à toutes et à tous!

manon
Répondre

Merci Like Gom!

Nostalgique oui, mais c'est juste un peu d'amour comme tu dis, car j'ai déjà hâte... de rentrer à Berlin, oui!!!

Bonnes fêtes à toi!

Like Gom
Répondre

Alors Vive Berlin et que le souffle des arts et des cultures inonde 2011 en succès!

Vanessa
Répondre

Je te souhaite de tres bonnes fetes Manon! Je comprends si bien ce sentiment de se sentir une etranger dans son pays natal et je l'apprecie bien apres toutes ces annees. C'est agreable d'y rentrer sans obligations et cela explique pourquoi que je vais souvent en Angleterre pour mes vacances avec ce gout de nostalgie. Chaque fois que j'y suis, c'est toujours tres difficile pour moi de partir, la rentree me deprime pendant une semaine environ et il faut dire que je n'ai pas tres envie de Berlin en ce moment avec 30 cm de neige et le verglas mais je sais que je retomberai amoureuse de Berlin apres un peu de temps.

manon
Répondre

Bonnes fêtes chère Vanessa!
Pour ma part je suis heureuse d'être rentrée à Berlin. La nuit d'hier était splendide avec tous ces feux d'artifice!

Christelle BITTNER
Répondre

Mmmm la nostalgie et les fêtes doivent être liées... Moi j'étais au Pérou, au bord d'une chute d'eau le jour même de Noël et avec une pincée au cœur pour les flocons français. Et au Pérou la vie c'est la rue, de 5h à 23h, même dans la microscopique Pichanaki et parfois, juste parfois, j'aimerais le caaaaaalme... Insatisfaites vous avez dit? Bisous Joyeuses fêtes.

manon
Répondre

Ah mais quand même, Noël au pied d'une chute d'eau ça fait rêver...
Si tu viens un jour à Berlin, je t'offrirai une solide paire de boules quiès pour tes nuits sudaméricaines! Bonne année Enamorate!

René Nkowa
Répondre

Joyeuses fêtes, Manon! Et à l'année prochaine.

manon
Répondre

Bienvenue dans la nouvelle année, Jackson!

Kpelly
Répondre

Oui, Manon, il suffit de changer un peu d'horizon et on se retrouve plus chez soi. J'ai eu le même problème tout récemment quand j'tais chez moi à Lomé, au Togo. Mais bon, pour un mec, c'est plus facile parce qu'au moins on s'amuse à admirer de petites nanas qui n'étaient pas nées avant votre départ, mais là pour toi... Euh...
Euh, n'oublie pas que j t'attend ici à Bamako dans mon jury, hein! Une femme est toujours la bienvenue chez nous les Africains. Euh là, je déconne, encore!
Bonnes fêtes
Amitiés

manon
Répondre

Bonne année, incorrigible Don Juan! Je serai ravie de faire partie du jury et j'espère que tu me réserves une place d'honneur, en tant qu'hôte africain qui se respecte face aux dames! :) Bonnes fêtes!

Mo
Répondre

Je regarderai autrement le passage Brady la prochaine fois! Et je t'envie quand même Berlin et son froid... Bonne année chère Magda!

manon
Répondre

J'ai toujours adoré le passage Brady, j'avoue... il n'y a pas meilleur endroit pour se faire couper les cheveux d'ailleurs... Bonnes fêtes Mo! La neige de Berlin est bien sale après le réveillon, tu sais :)

Répondre

J'ai bien aimé la traversée du passage clouté. ça me donne l'impression qu'il n'y a pas qu'à Yaoundé que la vie est curieuse sur la voie publique. Suis-mon regard: https://omnihug.mondoblog.org/2010/12/29/curiosites-de-la-conduite-automobile-a-yaounde/

manon
Répondre

Oui, en effet, c'est pas vraiment le même topo qu'à Berlin hein! Bonnes fêtes Lapshug.