Hommage au blog

writers-block

Le blog, espace possible de créativité littéraire, est l’antithèse des réseaux sociaux sur lesquels on zappe d’une info à l’autre sans lire en profondeur. Petit hommage à ce résistant culturel qui continue de me séduire et de séduire les internautes… Un résistant culturel pourtant menacé.

Je me souviens du premier blog que j’ai lu. C’était le blog d’une modeuse, il y a sept ou huit ans. Et ce n’est pas parce que j’aime la mode : c’était pour des raisons personnelles inqualifiables. Même si l’auteur de ce blog m’énervait passablement, de Louboutin en Vuitton, je devais reconnaître qu’elle avait le talent de la plume et du crayon, mais surtout qu’elle savait faire de sa propre personne une figure de roman moderne en forme de feuilleton. Je trouvais cela génial.

J’eus donc envie de créer un blog littéraire, que je tins pendant quelques années. J’abordais les gens qui lisaient dans le train ou dans la rue et je faisais leur interview et celle du livre, en filigrane. Je découvris ce qu’était la blogosphère, ces gens qui parlent, longuement, sans pudeur, de leurs goûts et de leurs intérêts, se mettent en scène, exposent leur univers, échangent des commentaires, des idées, voire des cadeaux – le fameux blog swap. Puis j’ai ouvert ce blog dans le cadre de RFI-Mondoblog et tout a changé : nouvelle scène, nouveaux lecteurs, nouveaux objectifs. Parler de Berlin et d’une génération en quête de liberté me paraissait nécessaire.

Pendant longtemps je n’ai eu ni Facebook, ni Twitter. Les gens qui me lisaient tombaient sur le blog en cherchant des infos sur Berlin. Les fondateurs de Mondoblog m’ont vite fait comprendre que je devais avoir l’un de ces outils pour ne pas être complètement à la ramasse. Avec Facebook, mon blog a presque triplé son audience en quelques jours.

Mais les réseaux sociaux ont une tendance détestable, celle de la lecture tronquée, de l’info dont on ne lit que le titre, de la vidéo sur laquelle on ne clique pas si elle fait plus de deux minutes. Celle du commentaire trop rapide, du retweet sans réfléchir, du like vide de sens. Depuis que j’ai ma page Facebook, mes commentateurs ont presque tous migré sur la plateforme bleue de Mark Zuckerberg. Je constate avec dégoût qu’il m’arrive de comptabiliser les likes sur mes billets, comme un petit bouboule Ricain compte les bonbons extorqués le soir d’Halloween.

Une amie journaliste m’avouait récemment que son rédac chef la houspillait si elle n’obtenait pas assez de likes sur ses articles et exigeait qu’elle trouve une vidéo bien racoleuse, « n’importe quoi », pour créer le buzz et réparer l’injustice faite au magazine. Moi- même, j’ai cru un temps que je pourrais écrire pour un titre prestigieux, avant de me rendre compte qu’on n’attendait de moi qu’une chose, que je crée le scandale, la folie, le buzz, le clic frénétique. Les journaux ont compris l’attrait du blog – les lecteurs veulent des plumes personnelles, des « insiders », des gens pas vendus au mainstream. Ils veulent de la fiction réelle.

Ce qu’ils ne comprennent pas tous, c’est que le vrai blogueur peut difficilement entrer dans la case de l’information et des objectifs commerciaux d’un magazine. Une voix intime ne devient pas une grosse voix entraînée au buzz en un jour. Le blogueur aime parler de lui et de son monde et partant de là, le lecteur peut s’identifier à lui. Il peut aussi s’adresser à l’auteur directement, autre magnifique avantage du blog. Le blog n’est pas une mine d’info. Le blog est un roman morcelé, de la poésie bizarre, le miroir à plusieurs facettes d’une personnalité. Et le plus beau, c’est que les gens écoutent ces griots numériques. Ils ne lisent pas seulement le titre, mais tout le texte. Et ils prennent le temps de répondre. Le blog est un dialogue.

Le blog est un peu le petit cheval de Brassens, celui qui marche tout devant sous la pluie dense d’information en tentant de raconter des histoires, là où les réseaux sociaux et certains magazines traditionnels ont oublié le besoin intense de narration, de fiction, qui existe en tout homme. Prendre le temps de lire vraiment. J’aime à penser que certains de mes lecteurs me lisent en cachette au boulot, en allumant leur ordi, avec leur café du matin, pour respirer un petit coup, se mettre dans ma peau. Comme je le fais, moi, avec d’autres blogs que j’aime tant, avant de commencer ma journée de travail, à la maison.

Alors, je me dis que derrière chaque petit like, il y a en fait quelqu’un qui a lu mon article de la première phrase à la dernière et j’en suis tout étonnée. C’est quand même hallucinant qu’il y ait quelqu’un qui me lise au taf en cachette de son boss en ce moment, me dis-je. Cela me fait un plaisir fou. Et moi aussi je suis accro à certaines plumes, à un ton, à un personnage, si virtuel puisque numérique, mais si proche puisque lambda, simple quidam, comme moi.

Cette liberté d’expression, il faut la défendre, et c’est pour cela que je vous invite à regarder cette vidéo qui explique en quoi notre Internet dans sa forme actuelle est menacé de mort par des accords transatlantiques terrifiants. Et pourquoi il faut signer cette pétition.

Pour que tous les blogueurs aient le droit d’écrire chaque jour, pour notre plaisir.

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

36 réflexions sur “Hommage au blog

  1. « J’aime à penser que certains de mes lecteurs me lisent en cachette au boulot, en allumant leur ordi, avec leur café du matin, pour respirer un petit coup, se mettre dans ma peau. »

    C’est exactement ce que je viens de faire. Et ce que j’ai fait pour la majorité de tes articles. Ahah. Merci.

  2. Excellent! Vraiment excellent!

    J’ai eu quelque part le même problème que toi. Des personnes qui m’ont dit: « j’aime beaucoup ta façon d’écrire. Je veux que tu fasses des articles sur le même ton, la même veine, que je publierai sur mon média ». OK, je rédige et propose l’article. Et je me fais tailler parce qu’il ne fallait pas faire telle chose comme ça, il ne fallait pas écrire ça…

    J’ai aussi eu la même réflexion que toi, mais je ne l’ai pas poussée autant! Mes lecteurs, me lisent-ils en cachette? Ce serait beaucoup d’honneur!

    Encore un article (de blog) génial!!!

    1. Ah toi aussi? Cela ne m’étonne pas. Je ne dis pas que nous n’avons rien à apprendre du journalisme dit traditionnel, bien loin de là. Mais il me semble que ce média est tout simplement plus préoccupé par des considérations économiques malheureusement normales dans le système dans lequel nous vivons.
      Je suis certaine que tu as plein de lecteurs qui te lisent en cachette…

      1. Mais tout le monde vous lis en cachette ! Il y a tellement à découvrir sur cette plate-forme que mes petites heures de loisirs ne suffisent pas tjrs. Et comme il faut aussi écrive….. Mais svp n’allez pas me trahir hein! Parce ça c’est un bel hommage ! Le monde du blog est vraiment extraordinaire avec ces multitudes de sensibilités à découvrir. Le blog séduit aussi pour cette proximité entre le blogueur et ses lecteurs « certains passages de votre post sur la drogue m ‘ont par exemple rappelé une situation vécue » qui très importante.

  3. Le « vrai » blogueur, l' »insider » comme tu dis si bien, ne peut vivre de son blog.
    Quelqu’un qui veut vivre de son blogue, doit faire des concessions et se vendre, ce n’est pas compatible avec un contenu indépendant et de qualité. Quand tu rentres dans la machine médiatique tu perds ton « âme » car tu dois faire du chiffre et toucher un maximum de personne, et cela au détriment de la qualité et de la précision.
    Ca n’empêche que des blogueurs professionnel et indépendant comme Korben, de fournir encore de l’information intéressantes, mais il a perdu au cours du temps en qualité ce qu’il a gagné en quantité. Ces articles sont beaucoup moins approfondis qu’auparavant.
    Pour moi, les « vrais » blogs, sont ceux sur lesquels on lit un ou deux posts par mois, mais des posts qui vont vraiment au fond du sujet qu’ils traitent.

    1. On peut difficilement vivre de son blog de manière directe à moins de le vendre à la pub – et encore. Mais le blog m’a donné de très nombreuses opportunités professionnelles indirectes. C’est là, je pense, que l’originalité, l’individualité de chaque blog peut jouer un grand rôle.

      1. Oui je te suis complètement là dessus. Le blog est parfait comme outil d’autopromotion ou pour maitriser son image sur internet et se différencier.
        Mon blog m’a aidé a être reconnu comme expert dans mon domaine pro.

  4. Cute! Un hommage vraiment extraordinaire Manon. j’aime bien cette partie:  » Mais les réseaux sociaux ont une tendance détestable, celle de la lecture tronquée, de l’info dont on ne lit que le titre », alors que certains prennent le plaisir de lire nos billets en cachette.

  5. Comme c’est rafraîchissant de te lire! Je partage tellement ce point de vue. Combien de fois je me suis sentie complètement dépassée par la disparition du contenu dans certains blogs que j’aimais beaucoup lire, comme si ils nous avaient oublie nous, les lecteurs fidèles qui prennent le temps de tout lire, ne commentent pas forcement mais se délectent des chroniques quotidiennes des uns et des autres. Moi j’adore qu’on me raconte des histoires :-)

  6. Ma chère Manon, sois rassurée. Je te lis au travail, en cachette avec mon thé du matin (ou de l’après-midi).
    J’en profite pour te remercier. Pour cet article, ton blog et ta plume.
    Bises

    1. Je vois que le thé à la préférence parmi les lectrices! Merci Pauline pour ta fidélité. C’est chouette de reconnaître des noms après plusieurs années.

    1. Merci Chantal, oui il faut nous battre pour conserver cette liberté d’expression absolument exceptionnelle dans un monde où l’information est très contrôlée par l’argent…

  7. Ouahou depuis tout ce temps je cherchais ce texte pour pouvoir m’auto persuader que je suis sur la bonne voie… j’ai decouvert la blogosphere avec Mondoblog mais au debut je ne trouvais pas mes reperes et je voulais ecrire comme dans ces sites web mais au fil du temps j’ai compris que je n y arriverai surement pas parceque non seulement mes articles ne sont pas a marchander mais aussi je necrirai pas avec passion; au fond ce que j’aime c’est ecrire avec mon coeur mon imagination, avec une certaine passion…. bref ecrire comme ces journaux ces sites web me limite
    <> ♡♥ jai souri et je lui ai juste dit : J’en suis tres ravi…..
    Alors merci Manon pour ce billet …. en tamt que bloggeuse il redonne de l’espoir

  8. Manon, non seulement je lis tes articles jusqu’au bout (des commentaires), mais en plus je les relis souvent plusieurs fois. Cela ne m’arrive que pour des blogs, jamais pour des articles de journaux. OK, à part un article fascinant sur le clonage paru dans Science et Vie Junior dans les années 90, que j’ai lu 300 fois quand j’étais ado. Mais j’étais ado.

  9. Bravo, chère Manon, pour cette profession de foi. Je partage ton opinion sur les réseaux sociaux et j’ajouterai une mention spéciale Twitter. De nombreuses fois, il m’a été opposé que je n’étais pas sur Twitter, me collant l’étiquette rétrograde. Mais, je pense que Twitter n’est pas la meilleure caisse de résonance pour des articles longs, étayés. C’est très chronophage pour quel rendement , quel type d’info ? Quelle émotion ?
    Merci encore pour ce billet

  10. Tout à fait d’accord pour FB, je n’ai toujours pas de page FB et je m’en porte très bien. Je remarque quand même une recrudescence de Blogs dont le seul objectif est de se placer dans Google pour vendre un service ou un produit, tout n’est pas rose dans le monde des blogs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *