De l’humour allemand – un article purement empirique

Un exemple parmi d’autres d’humour deutsch. Avec des sous-titres en anglais pour les paresseux.

Il paraît que les Allemands n’ont pas d’humour. Est-ce vraiment possible qu’un peuple tout entier ne sache se gausser? Après quatre ans et demi de vie berlinoise, mon humble personne tendrait presque à confirmer cette thèse désagréable, avec quelques éclatantes exceptions toutefois. Voici un court essai sur la question. Il est parfaitement empirique et se prête à toutes les attaques, qui ne sauraient tarder, si j’en crois l’ambiance actuelle dans les commentaires de ce blog. Tirez vos roquettes

Tout d’abord, me direz-vous, pour comprendre l’humour allemand, il faut comprendre la langue allemande. C’est chose faite. Mais même avec un bon niveau, je ne perçois toujours pas les subtilités (ou les absences de subtilité) des blagues teutonnes. Prenons, par exemple, une légende de l’humour allemand, Loriot. Cet humoriste qui fit la joie des Germains pendant presque quarante ans n’a jamais écrit un sketch qui me fasse marrer. Jamais. Cf la vidéo ci-dessus, célébrissime, que je n’ai jamais, au grand jamais, trouvée drôle. Je l’ai montrée à des Français, à des Anglais, à des Espagnols et tout le monde bâillait à la fin. Allez comprendre.

Avez-vous déjà vu un Allemand éclater de rire, à s’en rouler par terre, à s’en tenir les côtes? Avez-vous déjà entendu une plaisanterie allemande qui vous file le fou rire? Moi, non. Ce n’est pas que l’Allemand n’a pas d’humour, c’est plutôt qu’il a un humour pataud par rapport aux standards internationaux. Je vous renvoie au film Voll normal (« Grave normal ») considéré par beaucoup de jeunes Allemands comme leur Bronzés national, soit le summum de l’humour germain. Grotesque, balourd, kitsch à mort. Aucun second degré.

Mais qu’est-ce qu’il se passe chez nos Deutsch préférés? Pourquoi ne savent-ils donc pas prendre la vie avec légèreté? Pourquoi une petite plaisanterie lancée pour détendre l’atmosphère est-elle considérée comme un crime de lèse-majesté à la morale et à la vie en collectivité? Prenons un exemple. J’étais au club Wilde Renate, considéré comme un haut lieu de bohème, n’est-ce pas – un lieu débridé, où tout ou presque est permis, un lieu de fête. Sur le mur se dessinait une ombre délicate portée par une cage à oiseau accrochée au plafond. La lumière était splendide. Je voulais filmer cet instant, cette ombre, avec mon téléphone portable, pour ma collection d’idées visuelles. C’est souvent ainsi que je compose les images de mes films.

Mais soudain le barman, un gamin de vingt-deux ans blond et joli comme le Petit Prince, me lance d’un ton sec et réprobateur que je n’ai pas le droit de filmer. Je me retourne, lui adresse un sourire et risque une blague :

Oh, désolée, mais ne t’inquiète pas, l’ombre m’a cédé son droit à l’image…

Le Petit Prince ne sourit même pas, il me regarde comme si j’étais complètement tarée.

Non, tu n’as pas le droit de filmer, c’est la règle!

C’est la règle… la phrase préférée de nos amis allemands. Chaque fois que je l’entends, j’ai l’impression de me faire taper sur les doigts par l’instit’ du CE2. Quand vous entendez « c’est la règle », cessez bien vite de plaisanter ou vous vous retrouverez au poste. J’ai rangé mon téléphone portable et je suis allée faire des choses autorisées (prendre de la drogue, boire jusqu’à ce que mon foie éclate, m’envoyer en l’air avec des types dans les toilettes…).

L’humour est souvent considéré par les Allemands comme un odieux mensonge, un détournement de la réalité. Ainsi, un beau jeune homme que je fréquentais il y a deux ans m’a reproché vertement de ne pas toujours raconter la stricte vérité sur mon blog. Pour lui, ce n’était pas une attitude digne. Ouais, mais c’est plus marrant en forçant un peu le trait, fut ma malencontreuse réponse, déclenchant un torrent de reproches moraux.

Ach, comme j’aimerais pouvoir rigoler un bon coup avec les Germains. Cela m’est arrivé toutefois. Il y a quelques années, j’étais invitée à une avant-première au cinéma. Le réalisateur, rencontré quelques jours plus tôt à la Berlinale, était assez connu et, ma foi, une personne gentille et fort humble en dépit de son aura sociale. Hélas, il avait oublié mon prénom et celui de l’amie qui m’accompagnait.

Jey, Jey, Jey… Jessica! dit-il ainsi au lieu de Jennifer, qui le corrigea gentiment. Puis il se tourna vers moi. Ma, Ma, Ma… 

Parfaitement inconsciente, je le regardai droit dans les yeux et lançai

A, A, A… attends… Adolf, c’est ça! 

Les courtisans qui entouraient le réalisateur se pétrifièrent. Le type était lui-même bouche bée. Je sentais que j’avais fait la pire blague de toute ma vie d’expatriée. LA blague interdite en Allemagne. Une promesse d’enfer, d’exclusion de la bonne société cinématographique berlinoise, peut-être même un rapatriement forcé en Bourgogne, merde… Mais l’heureux réalisateur éclata soudain de rire, me tapa dans le dos et s’écria:

Bien envoyé! Tu veux être mon Eva ce soir? 

Et toute la cour de se détendre en une onde salvatrice de gloussements soulagés.

Et puis il y a eu d’autres exceptions. Des Allemands de Cologne, mais oui Madame. Je n’ai jamais autant ri en Allemagne qu’à Cologne ou en compagnie de ses natifs, comme je le racontais ici. Il faut bien dire que Cologne est tout près de la frontière française, hein. (Je vais me faire engueuler, je le sens.)

Oui oui, je vous rassure, il y a PLEIN d’Allemands qui ont beaucoup d’humour. Et puis, l’humour ne fait pas le moine. L’humour ne fait pas de vous un être meilleur. Bien au contraire. Bien des connards qui peuplent notre Terre ont un humour formidable. Berlusconi est hilarant, il suffit de regarder ses interventions télévisuelles. Il paraît que Le Pen est très divertissant dans les soirées mondaines. Les Allemands, eux, sont des êtres civilisés assez supérieurs, ils sont plus gentils, plus courageux, plus positifs, moins égoïstes, moins égocentriques et moins arrogants que les Français – et bien d’autres nationalités encore. Mais ils ont (un peu) moins d’humour. Voilà, c’est tout, c’est dit.

Et je suis certaine que beaucoup d’Allemands vont prendre cet article avec humour. Oder?

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

70 réflexions sur “De l’humour allemand – un article purement empirique

  1. (…)Les Allemands, eux, sont des êtres civilisés assez supérieurs, ils sont plus gentils, plus courageux, plus positifs, moins égoïstes, moins égocentriques et moins arrogants que les Français – et bien d’autres nationalités encore. Mais ils ont (un peu) moins d’humour. Voilà, c’est tout, c’est dit.(…)

    Manon + 1

    1. Bonjour, super ce que tu as marqué sur les allemands. Je confirme, ils sont supérieurs, plus gentils, plus honnêtes, plus adorables. J’ai la chance d’avoir des amis allemands. Quelle qualite !!! Ils ont aussi de l’humour. Un peuple extraordinaire.

  2. Le diagnostic est totalement juste. Je suis ton jumeau d’arrivée en Allemagne (4 ans et demi) et je partage parfaitement ce que tu dis. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, je suis sur une hotline et je me présente, je dois naturellement épeler mon nom et prénom en utilisant des prénoms ridicules comme D comme Dora, hein tu vois ce que je veux dire, et ensuite elle me demande de répeter mon prénom, alors je lui dis Gabriel comme Sigmar – gros blanc d’environ 5 secondes, elle rigole un peu et me dit oui mais lui c’est son nom.

    Voilà, après plusieurs années à Berlin je n’avais plus trop pensé que rigoler était possible mais bon j’ai déménagé à Cologne il y a quelques mois et effectivement (encore une certaine justesse dans le diagnostique) j’ai l’impression d’avoir retrouvé des gens qui savent ce qu’est l’ironie, le second degré, les blagues crasseuses ou philosophiques et ou demander l’heure à son voisin n’est pas passible d’un regard réprobateur voir d’un jet brunâtre de curry-wurst au visage.

    Donc pas de roquettes mais bien des roses car comme disait le Luron l’important c’est la rose, hein?

    1. Haha, merci pour les roses Ga – pardon, Sigmar. J’adore Cologne, quel dommage que l’architecture y soit vraiment à ch…, je suis trop snob pour vivre dans ces apparts d’après-guerre qui me rappellent un épisode de Derrick…

      1. Il n’y a vraiment que les snobinards franchouillards pour trouver Berlin plus beau que Cologne (parce que Berlin est encore hip chez les snobinards franchouillards, qui ont toujours 4 trains de retard). Berlin est sans doute la plus moche des métropoles allemandes, et les crétins qui rappliquent par effet de mode n’arrangent rien.

        1. Slt j’aimerais revenir sur le commentaire d’enora qui est de mon sens totalement dépassé. Né et grandi a berlin ( d’ailleurs a l’est ) je me permet de dire que c’est totalement faux ce que tu dis. Pendant ces 14 Années en Allemagne j’ai pu voir beaucoup de villes allemandes comme Dresden, Leipzig, Cottbus,Rostock, Köln, München,Hannover et quelque autres et je trouve que Muddastadt reste la plus belle ville d’Allemagne. Je sais pas si t’as pu allé à Wannsee, Wuhlheide, Prenzlauer Berg, Charlottenburg et dans une moindre manière Neukölln mais on y trouve des endroits magnifique ou on peut faire ce qu’on veut ( car oui petit barbecue ou petit foot jusqu’à 23 heures en rencontrant des gens que l’on connaît cest possible pas comme à Paris).
          Certes ya des endroits où il ya des snobs et des hipsters mais ça yen a partout.Belin reste ma ville de naissance, la plus belle ville au Monde, pas que parce que j’y suis né mais pq j’ai pu faire la comparaison avec bcp de villes comme allemandes mais également d’autres pays comme Londres,Paris, Warschau

  3. « moins égoïstes, moins égocentriques et moins arrogants que les Français » la j’ai vraiment du mal … je pense exactement l’inverse depuis que j’habite à Berlin. Dur de trouver la solidarité et le partage que j’avais l’habitude d’avoir en France.

    1. Bonjour Stéphane, depuis combien de temps es-tu arrivé en Allemagne? As-tu pu te faire des amis allemands ici? Ca prend du temps d’acquérir l’amitié d’un Allemand, mais ensuite, c’est une confiance indéfectible…

      1. ça fait 11 ans que je vis et travaille en Allemagne, j’attends qu’une seule chose repartir! Mes seuls (vrais) potes sont des turcs, des ukrainiens, des camerounais, bref des étrangers. Et pourtant je suis actif dans la vie associative. L’Allemagne est peut-être la première puissance économique européenne, mais à quel prix!

  4. Loriot c’était un génie et un perfectionniste. Son humour c’était son talent d’observation des situations de la vraie vie, dans la culture allemande, qu’il tournait au ridicule dans ses sketches. C’est la compréhension de cette culture de la génération d’après-guerre qui engendre la compréhension de son humour. Super dramaturgie, écriture et langue parfaite. Du grand art, je trouve.
    Moi j’aime bien aussi Anke Engelke, elle me fait bien rire, et des films comme Absolute Giganten, der Wixxer, et Männerherzen. Et je crois que c’est tout.

  5. Comme disait ce bon vieux baron Ludwig von Apfelstrudel : « Ach, l’humour, c’est une des choses que che préfère… avec l’infanterie et les pieds paquets ! »

  6. C’est que les allemands ont un humour différent du nôtre. Je sais qu’en France, je passais rarement un journée au travail sans qu’une ou plusieurs blâgues de mes collègues me fassent rire.
    A Berlin c’est plus difficile. La dernière fois que j’ai eu un fou rire c’était suite à la rélexion plus que sérieuse d’un collègue sur les rêgles (et oui les fameuses rêgles):
    Dans mon entreprise nous sommes beaucoup à venir travailler en vélo, certain font plus de 30 km journaliers aller-retour. On parlait de ce sujet et à un moment dans la conversation le collègue me dit que je dois surtout ne jamais monter le vélo dans le bureau. Je lui exprime mon étonnement car un autre collègue m’avait dit le contraire peu de temps auparavant, et qu’en cas d’oubli de cadena ou des clefs de ce dernier il était accepté de monter son vélo au bureau. Et là réponse magistrale du collègue qui commence par devenir rouge et ouvrir grand ses yeus: « Celui qui oublie ses clefs rentre chez lui pour les chercher, ainsi cela ne lui arrivera plus! ». J’ai éclaté de rire devant l’énormité de son propos. Etrangement je fut le seul, mon collègue me regarda comme si j’étais malade et les autres dans le bureau ne comprirent pas non plus mon fou rire. Comme quoi les allemands peuvent être drôle malgré tout!
    Une autre anecdocte me revient. Un jour je me fais arrêter par la police, car j’étais passer en vélo au feu piéton au lieu d’attendre le feu vélo. Trois policiers descendent de leur véhicule pour m’interroger et grâce à mon super accent devine très rapidement que je suis français. Alors l’un d’eux me sort en français dans le texte: « Das ist grossE merdE pour Fous monsieur ». Etrangement, ces quelques mots de français de la part de mon nouvel amis de la stasi polizei ne m’a fait rire jaune.

    1. Le flic t’a vraiment dit ça? Vu de l’extérieur, c’est une réplique culte!!! Mais je comprends que ça t’ait terrorisé… ici, on ne négocie pas avec les petits hommes verts : )

  7. Je travail activement sur ce topic depuis 5 ans et j’arrive au meme constat que toi. Mon analyse est que leur passé historique les freinent un peu… En france l’humour est quand meme souvent basé sur la moquerie de l’autre ou de soi meme, et ce fameux second degré! Or ici une bonne blague sur un eventuel Gilbert Montagnier teuton ne passe pas du tout! Attend le pauvre il est aveugle on ne peut pas en rire…. De meme quand tu te moque de toi meme. Je le vis tous les jours au boulot dans ma boite allemande, je passe vraiment pour la francaise , au choix stupide ou carrement folle. Mais comme tu le dis heureusement il y a des exceptions, souvent des gens qui ont voyagés d’ailleurs. Et je les aime fort les allemands qui ne rigolent pas a mes blagues!

  8. Les allemands, sans humour? Oui et non, ils sont certainement plus sérieux que d’autres, mais ils savent aussi s’amuser et prendre les choses autrement qu’au premier degré. Même les Berlinois, si si! J’entends encore certains collègues me raconter des Blagues en Berlinerisch, ou tourner certaines situations en dérision. Disons que nos ‘humours de base nationaux’ sont différents. Et puis Loriot, c’est un peu une autre génération!

  9. Salut Manon,
    J’avoue qu’en lisant les premières lignes de l’article je me suis dit « ça commence bien » et puis au fil de l’article j’ai fini par comprendre que ta critique était empreinte d’une bonne dose de tendresse voire même d’une certaine estime de nos amis casques à pointes et du coup je me suis radouci. :)
    Quelques remarques tout de même :
    – Chez Loriot ce n’est pas tant le contenu que le ton qui créé le caractère comique que la diction. Comme on dit « der Ton macht die Musik ». Ce n’est pas forcément évident quand on est pas natif et j’ai mis du temps à comprendre ce qui faisait rire ma « belle-famille ». C’est en les écoutant pleurer de rire et répéter les répliques (et surtout comment ils les répétaient) que j’ai fini par capter.
    – Pour les photos dans la boîte j’ai envie de dire que c’est comme partout dans le monde quand quelque chose n’est pas autorisé. En général faire une blague pour se justifier de l’avoir quand même fait ne met pas le préposé au respect des règles dans les meilleures dispositions (en général ce ne sont pas les plus détendus du slip). Un peu comme répondre « non juste quelques grenades » au fonctionnaire des douanes américain qui te demande si tu as amené des armes à feu avec toi. Et effectivement dans ce genre de boites, les drogués sont mieux vus que les apprentis photographes car justement les premiers n’ont pas envie d’être immortalisés par les seconds. Les gens qui baisent dans les coins non plus d’ailleurs. Les propriétaires de boite de nuit ont bien compris de quel côté leur tartine était beurrée. Je sais bien que tu filmais pas les gens mais c’est difficile à savoir quand tu es de l’autre coté de l’objectif.
    – Les allemands sont capables de faire des blagues sur Hitler mais ce n’est pas pareil quand c’est un étranger qui les fait (comme disait Cyrano, je me les sers moi-même avec assez de verve et je ne permets pas qu’un autre me les serve). En plus là ce n’est pas vraiment une blague sur Hitler, tu lies carrément dans une phrase le mec et le moustachu psychotique. Je t’avoue qu’à sa place je n’aurais pas été choqué mais, un peu comme le préfet dans la cité de la peur, je n’aurais pas trop vu le rapport.
    – Sans partir dans des considérations métaphysiques, est-ce qu’on peut vraiment définir l’humour et se poser comme le gardien du vrai humour avec un grand H ? L’humour reste un concept très relatif et fortement ancrée dans la culture. Même en France on a du mal à trouver un comique qui réunit tout le monde à part peut-être Coluche et encore. Bigard est trop vulgaire, Dubosc trop plouc, Elmaleh trop gentil consensuel, la bande à Debouzze trop communautaire, Desproges était trop intello, Kad et O trop absurdes, Groland trop bête et méchant, etc.
    – A propos de Voll normal et de son côté trop kitsch, je pense que les français qui se délectent d’épisodes de strip tease comme la soucoupe et le perroquet trouveraient le film drôle aussi. Dans les deux cas ça reste un public très spécial un peu branchouille et ça me parait bizarre de poser ça comme le film culte d’une génération. J’entends beaucoup plus souvent parler de Der Schuh des Manitu pour ne citer que celui là.
    – Tu es dans le cinéma donc forcément tu prends des films en référence mais c’est un peu injuste dans la mesure ou le cinéma allemand en général est un cran en dessous. Si tu veux de l’humour allemand il n’est pas difficile à trouver, il y a plein d’humoristes (Kerkeling, Nuhr, Barth, Engelke, Cindy aus Marzahn, etc) et il suffit de lire Der Postillon pour se rendre compte que les allemands sont loins d’être insensibles au second degré (plus de 200 000 fans Facebook quand même). ;)

    Allez, au plaisir de (peut-être) se croiser un jour à Berlin,
    Solal

    1. Bonjour Solal (j’ai une tendresse particulière pour ce prénom qui me rappelle mes meilleures heures de lecture)

      Difficile de répliquer quoi que ce soit à ce commentaire fort bien argumenté, ma foi. Bien plus que mon article, du moins. Et pour cause : mon article se veut, comme je le dis dans le titre, purement empirique. Donc, comme tout ce que j’écris, pas du tout objectif. Notons tout de même que le sens de l’humour, ou plutôt, la bonne et franche rigolade, est quelque chose qui peut se partager sans mots, sans explications, sans arguments : ça m’est déjà arrivé d’avoir un fou rire avec un Kurde d’Irak qui ne parlait pas autre chose que le kurde (que je ne parle pas du tout, évidemment). Or, je note que beaucoup de mes compatriotes, mais pas seulement eux, se reconnaissent dans cet article un peu bête et méchant, pour s’être heurtés plus d’une fois à un visage fermé alors qu’ils essayaient simplement de se marrer un bon coup ou d’apporter une petite touche de second degré à une situation.

      Mais comme rien de ce que je dis n’est scientifiquement prouvé, ton commentaire est parfaitement juste et corrobore aussi l’impression que me laissent certains Allemands que je trouve, personnellement, exquis de drôlerie. Voilà bref, tu l’auras compris, ce blog joue bien plus sur le ressenti qu’un expat peut avoir à Berlin après quelques temps, avec, je l’espère, une certaine marge de négociation. : )

      Bis bald Solal!

      PS: non mais Desproges c’est quand même vachement drôle. Il faut dire que je suis une intello. Du moins, je le prétends! : )

      1. Effectivement, en plus tu dis clairement dans ton article que tu forces le trait exprès, serais-je infecté par la première degrerite teutonitis ? :)

        Quant à Desproges je suis bien d’accord avec toi, c’est sans doute mon humoriste préféré (je me refais régulièrement l’intégrale du tribunal des flagrants délires) mais il faut un certain amour de la langue pour l’apprécier, ce qui n’est (malheureusement) pas le cas de tout le monde.

        Tiens un petit article sur l’humour japonais pour mettre tout ça en perspective.

        Bon du coup j’attends ton prochain article. :)

  10. Je suis presque 4 ans en Allemagne et je crois que tu as décrit la stricte realité. En fait les Allemands ont un humour différent. Mais comme quoi, heureusement il y´a cette frontière avec la France ou le Luxembourg où, on peut s´y évader de tant à autre le temps d´un rire.

  11. Hum, Manon tu n’aimes pas les (hommes) berlinois, tu trouves les allemands « chiants » et les appartements pourris à en croire cet article.

    C’est peut être le moment de rentrer à Paris pour te faire inviter au resto par des magnats de la finance, faire des blagues sur Hitler et filmer des « ombres dans une lumière splendide ». Qu’en dis-tu ?

    Bien amicalement

      1. J’ai surtout des copines, qui pour une raison qui m’échappe, partagent tes « billets d’humeurs ». L’ironie sans doute…

        En ce qui me concerne, le plaisir de « te mettre des roquettes » j’imagine, tellement je trouve ça navrant de véhiculer autant de clichés rétrogrades…

          1. En plus celle-là je l’ai re-regardée avant d’écrire l’article, et je t’assure. C’est assommant. Même les blagues de ma grand-mère me faisaient plus rire. Même une blague Carambar me fait plus rire.

        1. Je regarde tout ça en me posant bien la question de ce qui cloche. Eh ben je vais te le dire : tout. Le rythme : plus mou tu meurs. Il y a une seconde de trop à chaque réaction des personnages et deux frames de trop à chaque cadre. Ensuite les accessoires : la nouille ne ressemble à rien. Ensuite les acteurs : ils sont terrifiants de sérieux. Ensuite les costumes, la coiffure, le maquillage, l’éclairage : Derrick. Et ne me dis pas que c’est parce que c’est les années 70 s’il te plaît hein ho. Les Monty Python aussi c’est les seventies, et pourtant c’est hilarant. Alors range-moi bien vite ton Loriot derrière ses vidéos mal fagotées et envoie-moi des trucs vraiment drôles, danke schön mon champignon.

          1. Mais oui, oui, oui, je suis entièrement d’accord avec tout ce que tu me décris, le rythme, la nouille, le sérieux, l’éclairage ! C’est justement tout ça que je trouve très drôle !

  12. Eh oui l’humour allemand n’est pas le même que l’humour français, quelle surprise. Les Allemands rient différemment. Ils sont sûrement moins portés sur l’ironie et les jeux de mots, mais la plupart des Allemands que je connais ou ai connu n’hésitent pas pour autant à faire des blagues. Il faut simplement s’adapter et ne pas chercher à transposer des blagues qui marchent en France. Les références culturelles ne sont pas les mêmes et certains tabous persistent. Je trouve ça assez arrogant (ou français) de s’attendre à ce que les gens apprécient les blagues « la française » à l’étranger. Et surtout après de s’en plaindre, comme si l’humour français était supérieur…
    D’ailleurs les exemples cités ne sont pas particulièrement drôles à mon sens. Pas sûr qu’un barman en France se marrerait suite à ta réplique. Il t’aurait peut-être même virée de la boîte. Et le coup du Adolf, franchement c’est assez lourdingue, non ? C’est un peu comme sortir « P, P, P… Pétain » à un Français ou « C, C, C… Ceausescu » à un Roumain, que tu connais pas ou à peine de surcroît. Pas sûr que ça en fasse rire beaucoup.
    A ce propos, j’ai toujours un peu de mal avec ces Français (je ne vise personne en particulier) qui débarquent en Allemagne avec leur lot de blagues sur la troisième guerre mondiale, Hitler, les casques à pointe, etc… Vous feriez les mêmes blagues sur les Arabes, les Juifs et les Noirs ? Non je ne pense pas.

    1. Cher Jul,

      je n’ai jamais dit que j’étais un clown de premier ordre, ni que mes blagues étaient à se rouler par terre, mais tu conviendras qu’elles sont loin d’être méchantes. n’oublies pas non plus que la façon de parler fait beaucoup dans une petite taquinerie. Si ce réalisateur a bien pris ma blague, qui était une réponse à sa blague pas drôle (appeler tout le monde par de faux prénoms, parce qu’il connaît trop de gens, est un peu arrogant, non?) pourquoi la prends-tu mal? C’est drôle de voir à quel point certains Français défendent les Allemands malgré eux. Qui aime bien châtie bien, j’aime bien les Allemands, je les châtie un peu. Je ne vais pas courber l’échine et me mettre à bouffer de la currywurst en série pour faire plaisir à Merkel, ça ne m’intéresse pas. Loin de moi l’idée de dire que l’humour français est le meilleur du monde, mais merde quoi, l’humour allemand laisse tout le monde pantois; ce n’est quand même pas pour rien?

      Est-ce que je ferais les mêmes blagues sur les Arabes, les Noirs? Of course. Et pas qu’un peu. C’est une façon d’aimer que de taquiner. Voilà tout. Je ne supporte pas le politiquement correct qui consiste à ne jamais évoquer le passé nazi. Pourquoi, bon sang, faire comme si ça n’avait jamais existé? J’ai des copains Allemands qui en rient maintenant. L’ambiance s’est détendue. C’est indispensable. C’est aussi comme ça que l’ego d’une nation se reconstruit : par l’humour. Au diable les mémorials et les cérémonies chiantes. Je suis petite-fille de général, je sais de quoi je parle mon ami. L’amitié franco-allemande passe par de sérieuses rigolades, par l’amour et par la culture. Regarde la France et l’Angleterre qui n’ont pas pu se blairer pendant des plombes. Les Anglais ont tellement d’humour qu’ils s’avent prendre ça à la légère. Sacrée perfide Albion, va!

      1. Je sais au moins autant que toi de quoi je parle puisque je suis Franco-Allemand ;) Mes grands-pères n’étaient pas généraux, mais ils ont comabattu chacun dans un camp différent.

  13. C’est marrant cet écart de perception!

    De mon côté, j’ai toujours perçu absolument tout le contraire haha! Bon pas tout à fait, j’avoue que des sketchs comme Loriot etc, me laisse de marbre. De même, je soutiens l’idée que généralement, les allemands ne sont pas les rois de l’ironie et du second degré.

    Mais! Je trouve que les Berlinois font pleins de blagues et en particuliers des jeux de mots (pas toujours très bons d’ailleurs, mais c’est leur manque de subtilité et de finesse qui les rendent drôles). J’ai toujours le sentiment que c’est une ville dont les habitants ont appris à relativiser pour une grande majorité. Pour soutenir mon propos, j’en appelle aux pubs avec des jeux de mots totalement tirés par les cheveux qui sont affichées dans le U-Bahn (je ne m’en souviens pas exactement, mais une pub pour des livraisons de pizzas m’a fait mourir de rire au mois d’août, c’était un jeu de mots mauvais, tellement mauvais qu’il en devenait drôle), où au nom des boutiques qui sont, parfois, franchement tellement kitsch que drôle (allez! j’illustre avec la devanture d’un coiffeur vue ce WE : « Friseur James Blond : licence to cut » – C’est nul, mais je trouve que c’est marrant comme quoi!).

    Bon évidemment, après, quand on touche « aux règles » et « aux contrats », là le côté obtus oblitère absolument tout autre aspect.

  14. A mon avis le vrai scandale en Allemagne c’est Tatort, le Krimi que tout le monde regarde et qui reçoit les dithyrambes des critiques alors que les acteurs et les scénarios sont à peu près aussi convaincants que ceux de Plus Belle La Vie.

      1. Tu ne loupes rien ou plutôt tu loupes tout ce que tu dois louper. Ca fait beaucoup de loupe là non ? J’ai envoyé la video a des francais et des allemands, voyons voir ce qui en ressort.

    1. Ceci dit, il faut que je précise que je viens de Cologne et effectivement, eh oui, ici on se marre bien et on prend la vie plutôt à la légère. La rigidité prussienne, ce n’est pas de notre style, ce fut déjà le cas à l’époque où la Rhénanie était annexée par la Prussie. On leur a donné du fil a retordre. ;)

      Quant aux expériences berlinoises, je n’en ai pas …

  15. En fouillant un peu plus sur ton blog, Manon, il faut que j’en dise encore trois mots.

    Malheureusement celui-ci ne me plaît pas du tout. Tu écris très bien, subjonctifs du passé inclus (j’aime !), et certainement il y a souvent un brin de vérité dans ce que tu dis ; ton style est excellent et merveilleusement intelligent ; je t’en félicite. Par contre le ton suffisant, arrogant, irrévérencieux, irrespectueux et franchement blessant sur lequel tu écris est, je suis honnête, insupportable. Je suis loin d’être d’accord avec tout ce que je retrouve en Allemagne mais en tant qu’Allemande je ne peux être qu’offensée en lisant tes propos, des généralisations du genre « l’humour et les Allemands ça fait deux ». Je te concède qu’il existe bel et bien pas mal d’Allemands dépourvus d’humour, d’Allemands assez rustres en plus, mais de là à généraliser. Malheureusement ton blog est justement cela, une accumulation de clichés, stéréotypes et à prioris ce qui jette une mauvaise lumière sur les Français que j’affectionne pourtant tellement. Mais je ne veux pas généraliser non plus, et à lire les commentaires je suis très rassurée de voir que pas mal de Français sont de mon avis.

    Chère Manon, je ne veux pas être malpolie non plus et veux te traîter avec tout le respect que tu mérites mais je te conseille vivement de regarder les êtres qui t’entourent avec de la bienveillance, avec de l’amour plutôt qu’avec de la méchanceté et avec de la tolérance plutôt qu’avec de l’intolérance. Autrement tu te discrédites toi-même. Le mot « humble » ne semble pas encore faire partie de ton attitude et pourtant, il est tellement important ; c’est lui qui fait entre autres un beau caractère.

    Bien à toi ma chère et mes meilleurs voeux pour que ta vie berlinoise soit fructueuse et enrichissante.

    1. Bonjour Miriam,

      Je crois que tu ne comprends pas mon humour dans cet article.
      Désolée si mon style te choque, mais en effet, je ne manie pas le politiquement correct avec beaucoup d’allant. Si tu me connaissais je ne pense pas que tu écrirais de moi que je suis méchante, intolérante et arrogante. Si mon blog est une « accumulation de clichés », pourquoi tant de personnes se reconnaissent-elles dedans? C’est un peu violent, intolérant, non, comme phrase? J’aime le cliché et le stéréotype. Mon blog n’en est pas une accumulation. Il en joue. J’adore ça. Parce que ça me fait rire. Desproges, qu’est-ce que c’est? Du cliché. Tordu et retors. Voilà l’humour que j’aime. Je n’ai pas envie de faire des grâces et des courbettes, ça m’emmerde.

      Je suis navrée si mon ton te blesse, mais pourquoi prendre cet article si personnellement???

  16. Salut Manon!
    Je vois que tu as eu pas mal de reproches sur cet article. C’est vrai que je ne ferai peut-être pas cette généralisation, mais je suis tout à fait d’accord avec toi sur ce « c’est la règle ». Cette phrase me hante également!^^
    J’ai vécu 1 an avec une copine allemande – que j’adore – et c’est vrai que parfois il lui était difficile de faire des choses qui sortaient un peu du « correct » (et je ne suis pourtant pas quelqu’un de très audacieux). J’en riais parce que ça paraissait tellement extrème parfois!
    Mais bon, je crois aussi que les Allemands savent faire la fête quand il leur est donné d’en profiter, vu le nombre de festivals et fêtes qu’ils ont (Oktoberfest, Fashing…).
    Mais rassure-toi, je parle également pas mal de préjugés dans mon blog, car on en trouve des véridiques, comme partout…!
    Bonne continuation à toi!

  17. En cherchant une vidéo de Loriot je tombe par hasard sur votre blog que je viens de lire. Tout ce que vous écrivez n’est pas faux ! Et comme vous le dites vous-même, il y a des exceptions. Sans doute plus nombreuses que ce que vous croyez ! N’oubliez pas aussi que suivant les Länder les mentalités diffèrent également. N’oubliez pas non plus que l’Allemagne est désormais aussi un peuple qui a accueilli de nombreuses personnes étrangères ces 50 dernières années et bien avant également (un million de réfugié récemment) et qu’elle va aussi voir son humour changer……ou s’installer….c’est selon ! « Rien n’est constant, hormis le changement »….dixit un asiatique assez serein.
    En ce qui me concerne, la vidéo de Loriot et du couple qui discute longuement sur une histoire d’oeuf à la coque me fait beaucoup rire. En ressort justement la deutsche Gründlichkeit et l’altérité homme/femme assez similaire partout en Europe et ailleurs.
    Elle me rappelle les querelles entre mes grands-parents sur des sujets similaires et employant exactement les mêmes mots.
    C’est savoureux et subtile ! Une belle analyse sur la conjugalité qui n’est pas un sujet exclusivement allemand et donc universel ! Les allemands ont aussi de l’humour puisqu’ils sont capables de rire de leur vie de couple…….
    Une allemande vivant en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *