L’amour version CECA

Beau gosse à l’allemande, hélas mort depuis longtemps. (Karl Begas, « Autoportrait »)

La CECA, c’est l’amour du charbon et de l’acier, c’est aussi le mariage forcé de la France et de l’Allemagne. Le couple franco-allemand, qu’il s’agisse de Merkel et Hollande comme des pékins moyens des deux côtés du Rhin, est une chose presque contre nature. C’est bien pour ca que c’est sexy, et que votre blogueuse looseuse a tenté de résoudre l’équation plus d’une fois – en dépit de résultats souvent piteux

Oui oui, chers lecteurs, cela m’est arrivé plus d’une fois, de tomber en arrêt devant un bellâtre allemand. Ici une mèche déstructurée, là un air pâle et romantique, tout près une haute taille svelte et pleine d’allant, plus loin, un regard d’intello genre Rilke meets Goethe ; pour faire court, Berlin ne manque pas de beaux gosses (bonne nouvelle pour les immigrées récentes, hein?).

Je vous épargne les détails de la séduction entre la Gauloise et le Teuton. Ils sont croustillants, ridicules et pathétiques, mais je vous les ai déjà décrits en long et en large l’an dernier. Cette fois je souhaite m’attarder sur l’entreprise délicate que constitue tout couple franco-allemand.

1. « Vous les Francais, vous êtes accros au romantisme » vs. « Vous les Allemands, vous ne savez pas entretenir la flamme »

« T’es accro au romantisme » : voilà ce que j’ai entendu de la bouche de mon ancien bien-aimé  (à mèche déstructurée) dans l’affreuse ville de Francfort*, un jour de printemps. Il paraîtrait que nous sommes des harpies en demande d’attention perpétuelle, qu’il nous faut des mots doux tout le temps, des couronnes de fleurs et des promesses de neiges éternelles. Les Allemandes seraient bien plus raisonnables. Mon œil.Tout ça parce que j’avais osé réclamer un baiser dans le métro. (Sale type).

2. « Zusammen oder getrennt? » ou le supplice de l’addition au restaurant

Et pas qu’au restaurant. Au café, au bistro, en boîte de nuit. Il suffit que le serveur se ramène avec cette question pour que j’aie des sueurs froides. En France, on s’invite à tour de rôle (et encore, quand le jeune homme n’est pas susceptible). En Allemagne, c’est chacun pour son petit compte en banque. L’épreuve de l’addition est terrible : plusieurs fois, j’y ai laissé mon cœur, voyant que le Prinz Charmant hurlait « getrennt » (« on partage ») à la vue de la moindre machine à carte. L’Allemand, lui, comprend mal le principe de l’invitation à tour de rôle, et se sent régulièrement blousé.

3. Le phénomène du front bleu

C’est un charmant lecteur (français) qui m’a suggéré ce nom qui désigne le syndrome terrible de la Française se prenant la porte dans la gueule par son amoureux. La Française en effet n’a pas toujours le réflexe de survie de l’Allemande, qui consiste à rattraper lestement, sans le moindre soupir offensant pour le mâle impoli, une porte de dix tonnes qui se rabat sur elle avec la violence d’un char prussien, après avoir été ouverte par son petit ami qui, cela va sans dire, lui est filoutement passé devant. La galanterie est rare en Allemagne. Bien souvent, elle est considérée par les Germaines elle-mêmes comme la marque d’un affreux machisme. C’est ainsi que la Française, qui, elle, se fout de l’égalité sexuelle au niveau de la porte d’entrée, se retrouve avec le front marqué d’un hématome disgracieux. (Cela dit, mon nouveau Prinz, lui, me tient la porte et s’efface devant moi, du jamais vu ! Mais il adore le fromage et le saucisson, il y a du sang de cocorico chez ce garçon).

 4. L’amazone teutonne

Les histoires de lit sont plutôt étonnantes. Alors qu’en France, le mâle se croit souvent obligé de déployer sa force virile, l’Allemand, lui, aime bien se laisser chevaucher par son Amazone. Ce qui risque bien sûr de désarçonner la Française, qui n’est pas tout à fait habituée à ce qu’on lui file la télécommande et les manettes. Et ce qui peut, donc, raser notre Allemand, évidemment, qui s’attend à une créativité de dingue de la part de la demoiselle – surtout qu’on lui a bien imprimé dans le crâne depuis la nuit des temps que la femme française était le comble de la sensualité. Sylvia Kristel est peut-être morte, mais Emmanuelle, elle, est impérissable.

Bref, rien de moins simple que l’amour version CECA. Pourtant, Madame Merkel semble s’acharner. Difficile de résister au charme de nos présidents frenchies. Non, je déconne.

Dans quelques années, peut-être (et si vous êtes sages), je vous raconterai comment on élève des enfants à la franco-allemande. Ça ne doit pas être une mince affaire, ça non plus.

 

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

39 réflexions sur “L’amour version CECA

  1. geniale tout ce que je pense sur les mecs allemand et francfort pareil j’ai vecu la bas 2 ans..

    je suis allemande d’ailleurs mais je pense quand même pareil :)

  2. Le passage de « l’égalité sexuelle au niveau de la porte d’entrée » m’a fait mourir de rire….j’y repenserai les prochaines fois où mon cher et tendre me laissera lâchement m’en prendre une dans la figure! Il est aussi vrai que la tradition du « getrennt » est une vexation permanente. Même quand je donne la somme exacte que je dois à « mon Allemand » pour qu’il puisse tout payer en même temps, il le dit bien fort pour signifier à la serveuse que techniquement, ça reste du getrennt, et que hey, on ne la lui fait pas à lui!

      1. Je suis Camerounais, je ne sais pas si d´autres Africains sont de mon avis. Zusammen oder getrennt, je suis pour getrennt. Si vous avec deja eu une petite amie Camerounaise, vous savez de quoi je parle. Pour elles c´est zusammen mais c´est toujours a toi le tour. Et si jamais, tu n´es pas trop a son gout, elle ne choisira que les resto de haut gamme et ses commandes sont pharaoniques. Avec l´Allemande je n´ai pas peur mm chez Kempinski la soupe coute moins de 10€ et la biere toujours dans les 3€ ;)

        Arreter la porte ne coute rien voyons ca je le fais tjours!!!

  3. Enfin une plume pour dépeindre l’interieur de nos coeurs accouplés d’eurodégénérés !Merci ! Bon cé bien bo le lyrisme a la française mais soyons direct ! Y aurais pas une version allemande pour que je la fasse lire cela ma Süssinette cherie ? Même si elle aime le romantisme je me delecte deja de sa réaction a « Vous les Allemands, vous ne savez pas entretenir la flamme ».

  4. Enfin une plume pour dépeindre l’interieur de nos coeurs accouplés d’eurodégénérés! Merci !
    Bon c’est bien beau le lyrisme a la française mais soyons direct ! n’y aurait il pas une version allemande pour que je fasse lire cela ma Süssinette chérie ? Même si elle aime le romantisme je me délecte déjà de sa réaction a « Vous les Allemands, vous ne savez pas entretenir la flamme ». Allez juste pour le fun!
    Au passage c’est vrai que le getrennt peut même être quasi insultant pour nous les homme. Cela dévient même jusqu’au shopping ou ma copine insiste pour partager le prix des chaussures !!! Naaaaa j’déconne!

      1. héhé déja essayé mais ton style est bien trop gaulois très chère. vu que mon allemand est purement scolaire pour l’instant je l’ai traduit en anglais si cela t’intéresse? ou pas lol!

  5. C’est drôle ! … :) Moi qui ne m’entend avec personne (une fois passé le nord de Paris toute tentative de communication semble vaine, une fois passé le sud de Paris les hommes tendent à devenir particulièrement tendus en ma rétive présence) et je déteste les parisiens, ces übermetrosexuels qui utilisent leur couilles comme cerveau, porte sac à main, dignité, culture ect.)

    Du coup je suis mais alors ravie que quelqu’un ait réussi à s’entendre avec moi, comme dans mes rêves d’enfants quelqu’un issu d’une culture mixte ça lui permet d’avoir la souplesse nécessaire pour faire le grand écart entre l’homme viril et courtois, à qui je peux demander d’aller casser la gueule à un fâcheux mais qui me propose toujours avant de m’en laisser un morceau. Un must.

  6. Quel article rafraichissant et tellement vrai! C’est ce que je vis au quotidien avec mon amoureux a Cologne. Et quand je lui dis qu’il n’est pas du tout romantique, il me réponds « was sollte ich denn machen??? » Ah ces hommes allemands n’ont vraiment aucune idée!!!

  7. Elever des enfants à la franco-allemande, y en a qui ont essayé… En fait c’est simple à résumer, dans quasi tous les cas que je connais y compris le mien, c’est l’échec, à une ou deux exceptions près. Et la séparation (bon j’exagère bien sûr, c’est jamais que à cause de ca, mais l’éducation n’est pas un sujet fédérateur, on est pas compatible). Zusammen oder getrennt ? Ben getrennt là aussi…

  8. Hm… je sais pas. Il y avait cette chanteuse allemande qui avait un amant français au nom louche. Elle est morte dans un accident d’auto en 1969: ses freins ne freinaient plus et elle est rentré dans un camion en route vers le Danemark. Trente ans plus tard, ils apprennent que le gars au nom louche était un espion américain basé à Copenhague.

    À méditer avec de faire des enfants multiculturels…

      1. Ah l’homme allemand… on n’a pas fini d’écrire sur lui. Heureusement que Berlin est multiculturel, on peut toujours se jeter dans des bras latins quand on n’en peut plus des Germains, si beau, si gentil mais… si incompréhensibles !

        1. Ca serait tellement bien si on avait eu la beauté d’esprit de mettre cette magnifique ville allemande, dans un autre pays que l’allemagne. Ou mieux, simplement interdire les allemands d’y séjourner.

          Mon dieu, quelle chance que les allemands ne soit pas si nationnaliste que les français, parce si j’étais berlinois, ich wurde dann einfach ausrasten.

  9. Ha oui l’amour franco-allemand… J’ai l’exemple d’un Allemand qui aime avoir le contrôle de la situation et qui en France, demande le prix de sa bière à la serveuse avant de la commander – alors que c’est est indiqué sur la carte… des fois qu’il y aurait une entourloupe… C’Est l’un des nombreux exemple que je peux citer de cette personne. Alors typiquement allemand ça ou control freak à mort? Éclairez ma lanterne parce que là… Certains comportements humains, pas forcément liés à la culture, me dépassent parfois.

  10. de l´avantage d´etre franco-allemand…
    Ca permet d´inviter la fille, et de lui expliquer en allemand que jamais un Francais digne de ce nom n´acceptera le « getrennt » quand il invite une femme au resto. Et d´enchainer la discussion sur la notion de « getrennt », et du coup de tenir la porte, etc. , voire sur le role plus actif du Francais lors des moments, heu, ben les moments après le resto..

    Et ca les fait fondre, les Teutonnes…

    S, franco-teuton, München

  11. Je dois être un français bizarre, et ma douce allemande pas assez allemande parce que, comme souvent dans les articles Français decrivant les allemands, on est dans le clichés, le mensonges « qui ferra sourrire mon lecteur » et les préjugés de tout genre.

    Mais on ne t’en veux pas, tu n’es qu’une de plus sur la toile a le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *