A la recherche du colocataire parfait

(Flat Share, photo de Tim MacPherson)

Dans une ville où les appartements ont plutôt quatre pièces qu’une, où les salaires sont bas et où la jeunesse se termine vers… cinquante ans, la colocation est un mode de vie complètement normal. Mais le colocataire de rêve ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval. Petit passage en revue des candidat(e)s à la vie commune.

J’ai un grand et bel appart, comme presque tout le monde à Berlin. La vie en mode clapier à lapin est épargnée au Berlinois grâce à la taille gigantesque de la ville. Les surfaces des appartements sont rarement inférieures à soixante mètres carrés, un rêve pour tout Parisien, tout New Yorkais ou tout Tokyoïte en exil dans la capitale allemande.

Or, il se trouve que, seule de nouveau dans ce palais d’un coin populaire de Neukölln, dans le sud de la ville, je me morfonds un peu. Ah, les joies de la colocation! Les cheveux de l’inconnue qui bouchent le siphon, sa façon inimitable de me descendre ma collection de vins français, sa Fritz Radio en permanence branchée quand je travaille, sa manière de faire la tronche quand mes amis italiens débarquent à l’improviste en hurlant des insanités anarchistes sous l’effet de la bière… tout ça me manque.

Ou alors, c’est son insistance à vouloir partager le loyer avec moi. Bien. Le fait est qu’il me faut une nouvelle colocataire. Mais qui?

1. La Grecque

Quand La Grecque m’a appelée pour visiter l’appart, j’étais complètement excitée. J’ai beaucoup d’amies grecques, et j’aime leur tempérament. Je me voyais passer des journées à hurler de rire avec une fille style boule de feu, partageant tout et cuisinant ensemble des plats plein d’huile d’olive qui font vachement grossir, mais qui rendent heureux. La crise de la dette grecque, nous n’en aurions que foutre : je serais son asile berlinois, elle serait mon rêve de pins et de cigales.

Quand elle arrive, petite, mignonne, bien peignée, j’ai un peu peur. Où est mon explosive coloc du Sud? Elle regarde l’appart en un temps record de deux minutes, puis son plan de métro. Quarante minutes pour aller au boulot, c’est trop pour elle. Je lui fais comprendre qu’à Berlin, c’est une moyenne acceptable. La ville est grande. Ce n’est pas comme à Athènes. J’essaie de lui parler de mon amitié pour son pays, pour sa culture. Pour faire sympa, je lui balance même deux ou trois mots dans sa langue natale. Mais elle fait la moue. Trop loin de son boulot, dit sa moue.

Tu fais quoi comme boulot, justement?

Informaticienne.

Une geek grecque, je n’avais encore jamais vu ça.

2. La Catalane

Ah, Barcelone!!! Dépitée par la Grecque, j’attendais la Catalane comme le messie. La France et la Catalogne ne sont-elle pas légendairement amies?  Fiesta! La joie de pouvoir bavarder des heures avec sa coloc autour d’une assiette de tapas…

Et en effet, la Catalane sait parler. Un petit air de Charlotte Gainsbourg, elle a trente-neuf ans, vient de quitter son mari, a un loft dans le centre de Barcelone, travaille comme architecte d’intérieur pour telle marque, telle marque, telle marque et telle marque mais aussi telle marque, elle aime le concombre (espagnol), l’huile d’olive, le rock et le soleil et elle ne sait pas du tout qui je suis, parce qu’elle ne m’a pas posé la question. L’appartement la botte vraiment, enfin, mis à part le parquet rouge dans sa chambre, qu’elle repeindrait volontiers en blanc. Un peu angoissée, je l’imaginais en train d’abattre les murs et me parler tous les matins au petit-déjeuner jusqu’à l’écœurement.

Sympa, mais envahissante? No se!

3. Le Gay

Âllo Alexander, c’est Manon.

Qui?

Ben, Manon, pour l’appart, tu m’as envoyé un mail.

Ah cool. Euh, quel appart déjà?

Neukölln, Rixdorf…

Ah euh, cool. Euh, lequel?

Il déboule comme une comète dans l’appart, il passe comme ça, rapidement, il n’a pas trop le temps parce qu’il visite huit apparts par jour. Il est immense, presque deux mètres, et allemand. Il parle vite et déjà, il drague l’ami qui se trouve ce jour-là dans mon salon en lui demandant s’il est « inclus dans le prix du loyer ». Loyer qu’il trouve, d’ailleurs, un peu trop cher. La montée des prix à Berlin le fout en rogne. Il grimpe sur le balcon, regarde en bas et décrète que ce serait vraiment très cool d’habiter là. Volubile, il enchaîne blague sur blague et déjà, je l’aime. Il semble combiner la décontraction masculine classique à une élégance toute féminine, et son ironie permanente me fait rire. Je nous vois bien aller descendre des verres au bistro en matant la gent berlinoise.

4. La Munichoise

Fraîche comme une rose, blonde comme il se doit, elle est bonne à marier. Intelligente, vive, non dénuée d’humour, son parcours professionnel est à se faire pâmer toutes les mères de la bourgeoisie mondiale. Major de sa promo, titulaire d’une thèse sur la littérature baroque avec mention je ne sais quoi, elle exerce son « petit job » pour financer ses études dans une organisation politique qui accueille des réfugiés et gagne confortablement de quoi se payer l’appart toute seule. Contrairement à la Catalane, elle pose plus de questions qu’elle ne parle d’elle-même.

Cette femme, me dis-je, est l’incarnation de l’équilibre absolu dans la société occidentale: féminine mais pas pute, intelligente mais pas chiante, drôle mais pas vulgaire, aimant la fête avec modération, et, je le sens, capable bientôt de mener de front une vie de famille épanouie et une carrière admirable. Elle est parfaite.

Je me suis imaginée au bout de quelques mois avec la Munichoise : elle, me demandant de lui rembourser un rouleau de papier toilette, et moi, faisant du bruit exprès pour l’énerver et voir l’icône de la perfection se fissurer en laissant transparaître un peu d’humanité sale et désordonnée.

Entre la Grecque, la Catalane, le Gay et la Munichoise, qui choisiriez-vous?

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

48 réflexions sur “A la recherche du colocataire parfait

    1. Salut Manon, j’ai trouvé ton blog très intéressant, drôlement bien foutu, plein d’humour …Bref, tout ce que j’ai pu ressentir dans cette ville dont je reviens tout juste…Un New-york à l’européenne en plein boom!
      Ainsi j’ai pris la décision de repartir dès janvier et tenter également ma p’tite aventure bohèmienne…

      Alors, et des quatres, tu me dira ? La grecque, je ne la connais pas, donc No comment! La catalane, je vis actuellement en Andalousie, sympa mais bien trop bruyante et bavarde. Le Gay, je l’aime, mais fini le temps des délires jusqu’a l’aube. La munichoise, why not ?, si elle est pas trop coincée….Alors , je crois qu’au final, je choisirais soit la Française si elle reste calme ou la berlinoise, mais avec celle-ci, j’ai l’impression que j’arriverais jamais à monter mon business si elle m’embarque tous les soir faire la tournée des lieux branchés… enfin j’apprendrais toujours la langue de Goethe! Quoique-il-en-soit qu’elles ne soient pas trop jolies ; j’ai peur des femmes..hahahaha. Au plaisir.

  1. J’adore cet article- super évocateur, tu peins ces portraits en 3 coups de pinceaux. Moi je vote pour le Gay, il a l’air de valoir son pesant de cacahuètes.

    1. Oui, je penche aussi drôlement pour le Gay, on dirait qu’il a de la cocaïne naturelle dans le sang… il revient demain boire un coup « plus longtemps », let’s see.

    1. Non, je suis à Paris une semaine par mois Ziad! Un café bientôt?
      L’option 4, bon sang, toi et Simon vous êtes foutrement sérieux, on dirait mes grands-parents…

  2. Le gay si tu veux découvrir Berlin sous tous ses angles,
    La Munichoise si tu veux vivre à la vie allemande stéréotypée et bien pensante,
    La catalane si t’as envie de retaper ton appart !

  3. La Munichoise!

    Pourquoi?

    – c’est pas elle qui va télécharger des trucs bizarres en prenant toute ta connexion internet

    – si tu as envie d’avoir des conversations intéressantes sur le plan culturel, voire politique, elle sera toujours présente. Ce qui ne semble pas être le cas des autres…

    – elle est allemande. Non négligeable en cas de pépin, c’est bien surtout quand c’est toi la chef de la WG (parce que l’inverse…pas top).

    – si elle peut se chercher un appart et qu’elle prend quand même une WG, c’est sans doute qu’elle cherche à être un peu moins parfaite. Si tu veux tu peux l’encanailler- pas trop, hein, mais c’est déjà un très bon terrain d’exploration. Moi en tous cas ça me dirait bien.

    Sinon, soit dit en passant, il y a deux sortes de gens très intéressants, d’après moi du moins. Ceux qui sont franchement barges, et, précisément, une partie de ces gens en apparence  »parfaits ». Je vois ce que tu veux dire avec le principe de la nana qui t’énerve tellement elle est lisse et que ça sonne creux quand tu lui parles. Mais souvent, quand c’est trop lisse, ça cache beaucoup, beaucoup d’efforts pour dissimuler une bargitude avancée. Et je crois que ça vaut le coup de la découvrir, cette bargitude :)

    Sinon tu ne peux pas rappeler Jana?!

    1. Ah non, Jana ce n’était vraiment plus possible du tout, je m’étais changée en Cendrillon et je courais derrière sa crasse, bouh!

      Bon, tes arguments tiennent bien la route, sauf peut-être celui de la bargitude qui, à mon avis, est d’une indulgence quasi jésuite. Je doute fortement que ma Munichoise se mette à danser la samba de manière impromptue après le dîner.

      Tu es dure avec mon Gay et ma Catalane, ce sont tous deux des personnes cultivées.

  4. Hello Manon, tous ces personnages sont truculents, en tout cas la description que tu en fait. J’opterais plutôt pour un ou une allemande.

    Mais continue ta quête vers le colocataire le plus compatible. Et garde le garçon comme ami, car son humour et sa nonchalance semblent t’avoir séduit.

    Suerte!

  5. Coucou,

    je te découvre avec cet article et ça donne envie d’en lire plus! Pour répondre à ta question je pencherais pour la Catalane. J’ai vécu en Espagne et ils ont tout simplement un art de vivre inimitable. Certes le Gay offre de belles soirées en perspective mais il peut se révéler aussi très « Zicke ». En plus de quoi la Catalane a également la fête dans le sang, sans pour autant être survoltée et donc, à la longue, fatiguante comme pourrait l’être le gay… Attention à l’overdose!!!

    1. Tu n’as franchement pas tort. Flûte, moi qui allais dire au Gay que c’était parti mon kiki. Je vais me laisser encore un peu de temps. Une de mes meilleures amies vote aussi pour la Catalane, j’ai tendance à me fier à son nez rusé. Quant à la tendance Zicke des gays, bon sang, que tu as raison. (Je sens que tous mes potes gays sont en train de me rayer de leur carnet d’adresses après avoir lu ce commentaire :) )

  6. Je vote pour la Munichoise parce que j’ai l’impression qu’elle représente une facette de la société allemande qui t’est moins familière que les autres. Qui plus est, elle est peut-être vraiment barge ;) .

    1. Ouais bon, moins familière, pas tant que cela, je travaille ici depuis deux ans et j’en ai vu un paquet, de « vrais » Allemands :) Mais vraiment barge, non, non, je n’y crois pas un instant. Ou alors version flippante, Charles Manson quoi.

  7. Bonjour Manon,
    Très heureux de découvrir ton blog. Pourquoi ne proposes tu pas aux trois prétendants une semaine chacun pour les « tester ». Comme ça tu pourras choisir avec quelques arguments supplémentaires… Sinon, il me semblant en lisant les commentaires sur chacun, que la Munichoise peut-être une belle personne pour une coloc « sage ». Que veux tu ? Sino, je ne connais pas Berlin, peux tu m’aiguiller un peu car j’ai dans l’idée de venir passer quelques jours en avril. Merci

    1. haha, ce serait un boulot fou de les « tester », et puis pas très humain franchement… Oui, la Munichoise est finalement peut-être la plus adaptée pour une colocation, depuis hier je suis en train d’y réfléchir sérieusement.

  8. Le gay !

    Peu être parce que je suis gay, que je recherche un appart sur berlin, et qu’à moi aussi, l’augmentation du prix du loyer me fous les boules…
    Alors peu être que mon avis n’est pas très objectif, mais je dirais quand même le gay ! ils sont drôles (en général), tout sourire, plein d’expériences à partager, et autant à vivre, et d’un niveau de sociabilité (encore une fois en général) important.
    Après il est sur que niveau fiesta, tu risques d’être servi.

    Quant à la tendance Zicke, je suis tout à fait d’accord, même si il ne faut pas en faire une généralité ;-)

    Niko

    1. Merci Niko, la gay community et toutes les filles lectrices de ce blog semblent avoir voté à l’unanimité – mais les garçons hétéros, eux, préfèrent la blonde de Munich… :)

  9. Le gay ! cool, autant le bon pote, que le coloc propre, pas de pb de débordement avec ta copine, et si tu es célib il a surement bcp d’amiEs :)
    I <3 Berlin I<3 la colocation !

  10. MOI ! Prends-moi chez toi, je suis une fêtarde !
    Je partirais volontier à Berlin…
    Nuit noire comme en plein minuit (dans le Sud de la France) et celà dès 4h de l’aprem au début de l’hiver ;
    Une température qui peut descendre à -20 et paraît-il parfois -30 ;
    Circulation de plusieurs métro sur une même ligne contrairement à Paris, donc gaffe aux erreurs de UBahn ou de SBahn ;
    Trajets très longs, car la ville s’était développée des deux côtés du mur et elle est donc très grande ;
    Des hommes toujours libres et disponibles quel que soit leur âge, parce qu’à Berlin, les couples ne tiennet pas ;
    Des gens sympats même si on ne parle pas la langue, ils se sont habitués aux étrangers (qui se balladent en ex. RDA ou en ex RFA) depuis la Coupe du Monde qui a eu lieu à Berlin ;
    Un niveau de vie supérieur à la France et au pays de l’Europe de l’Ouest…
    Si tu m’adoptes, je suis partante, lol
    Vividejuin

  11. et est ce que tu fais aussi ds le couchsurfing? ;)
    plus intéressée que par la coloc car je vis tranquillement (quoique..) avec mon copain á Hambourg

    blague á part, on va bientôt venir visiter la ville et ton blog m’a donné envie de te rencontrer. est ce que ce serait possible ?
    merci bonne journée

  12. Salut Manon,

    cool de te relire.

    À mon sens, pas la munichoise ni la grecque. Quoiqu’encore, mieux vaut la grecque que la munichoise. La munichoise sera une source de problèmes de vie commune, comme tu le dis avec le rouleau de PQ. Non non, même si nos deux pays s’aiment, la rigueur bavaroise fera du tort à tes pulsions et improvisations toutes gauloises ! Et cela risque de vite porter préjudice à la bonne ambiance. Peut-être qu’on se trompe sur elle et que derrière son image lisse, il y a de la bière qui boue !
    Je suis pas fan des geeks même si au final ils sont calmes. Mais bon ce sera pas forcément fun.
    Donc je miserais sur le gay ou la catalane. Dans les deux cas, je pense qu’il y aura de l’ambiance ! :)

    À bientôt

  13. J’aurais voté pour la Grecque; elle est informaticienne en plus, je ne sais quelle spécialité mais, cela aurait pu te dépanner en temps voulu.
    Allez ! vas pour la munichoise .
    Vivre en coloc c’est cool. T’es pas isolé.Moi je me dessèche tel un poisson en manque d’eau dans mon minuscule appart de Montréal.Plus que quelques longs mois avant la fin ; et bonjour la coloc de mes rêves (hihihhi).

  14. Alors après une petite semaine quel bilan tires tu de ton choix ? Souvent, comme dise les anciens, on dit que la première impression est la bonne…

  15. Je pense que tu ne seras pas decue!

    Je me souviens d une munichoise quand j’etais erasmus… Elle etait completement coincee la pauvre ^^ Avec des copines, on avait fait une operation « sauvez Katrin », avec plein de soirees et de rencontres pour elle… Ca m’y a fait penser meme si ta munichoise n’a rien a voir avec elle apparement (a moins que Katrin ait super evolue grace a nous! hihi)

  16. Hallo,
    Peu être un peu tard pour les commentaires??
    Bon je n’ai qu’une seule question : comment as-tu « recruté » tous ces colocataires potentiels? Histoire d’orienter ma recherche du parfait appartement, étant moi-même le colocataire parfait (le mec modeste) en instance d’expatriation à Berlin.
    Danke Manon!
    [Et merci pour le blog, toujours un plaisir de te lire.]

  17. Salut, je débarque sur ton blog par hasard, au milieu de mes recherches de colocations à Berlin…
    Je n’y suis pas encore, mais… des conseils ou des contacts à donner ?
    (pitié de me dit pas que c’est génial, je me doute, et c’est pour ça que je veux venir à Berlin !) :D
    Au passage, j’aime bien ton style, m’en va lire le reste du blog !
    Au plaisir
    Nais

    1. Bonjour Nais,

      Je ne sais pas ce que tu cherches, donc c’est difficile à dire; je te recommande de passer par les site comme wg-gesucht qui marchent très bien. Bonne chance!

      Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *