Gaston Lagaffe chez les donneurs de leçons

Gaston : Belge, et pourtant si Français.

Après Falbala chez les Goths, voici Gaston Lagaffe au pays des donneurs de leçons. La morale allemande est un mystère que je n’ai jamais bien pu percer, et qui affecte aussi bien la façon dont on fait la vaisselle, que la manière dont Angela Merkel traite les grandes banques. En bonne Gauloise gaffeuse, je me fais régulièrement gourmander par les Berlinois.

On ne traverse pas quand le bonhomme est rouge, on ne fait pas la vaisselle à l’eau courante, on ne prend pas le métro sans ticket, on ne fume pas devant des enfants, on ne monte pas sur la table pour danser à la fin du dîner,

Fais pas ci fais pas ça
À dada prout prout cadet
À cheval sur mon bidet

comme dirait notre Monsieur Dutronc bien de chez nous. Berlin, c’est libre, c’est un courant d’air. On peut se promener à poil dans les rues ; ce n’est pas un délit puni par la loi comme c’est le cas en France, et c’est même une tradition que de bronzer nu dans les parcs : cela s’appelle le FKK (Frei Körper Kultur, « la culture du corps libre »). Vous êtes gay? Pas de souci, on se balade la main dans la main et on s’embrasse goulûment devant des parvis d’église luthériennes. Vous aimez faire vos courses au supermarché vêtu d’un costume de mousquetaire? Aucun problème, il n’y en aura même pas un pour rigoler dans la queue à la caisse. C’est l’un des traits les plus sympathiques de la vie berlinoise.

Et quand, en 2010, Angela Merkel décide de choper par le colback les voyous de la finance qui planquent leurs comptes en Suisse, en achetant aux banques la liste de leurs clients allemands, j’applaudis à tout rompre (indépendamment de ce que je pense de sa politique par ailleurs).

En revanche, malappris de Français, veillez à ne jamais oser traverser quand le petit bonhomme est rouge. Un pas de travers et vous vous ferez écraser par l’automobiliste ravi de pouvoir vous montrer que vous êtes dans votre tort. Car si vous traversez au rouge, en Allemagne, et qu’un conducteur décide de rouler soudainement à 100 à l’heure en pleine ville pour être certain de ne pas vous louper, c’est vous qui paierez les frais de réparation de sa carrosserie. J’ai peu brillamment abordé ce sujet l’an dernier en me prenant une amende de 100 euros (voir ici).

Après presque trois ans de vie berlinoise, je ne me fais toujours pas à cette étrange forme de civisme qui, si elle a d’excellents côtés, me paraît coulée dans un moule en fonte indestructible et inamovible.

Voilà que l’autre jour, j’étais à la Mieterverein (association de défense des locataires, cf mon article précédent) avec ma colocataire autrichienne, Jana. Celle-ci m’expliquait qu’elle achetait ses tickets de métro mensuels sur Ebay, parce que ceux qui sont vendus dans les automates sont hors de prix. Je glisse un tuyau à Jana :

Mais non, va au centre BVG (l’équivalent de la RATP), dis-leur que tu es étudiante et hop, tu paies 20 euros de moins.

Jana se réjouit vivement à cette nouvelle, mais une vieille Allemande à dreadlocks, collier de hippie autour du cou, nous interrompt :

Encore faut-il prouver que tu es étudiante!

Non mais, de quoi je me mêle? Je me retourne vers la hippie pas si babos, et je lui explique que, oui Madame la Présidente du Tribunal de Grande Instance, Jana est bel et bien étudiante et que je ne suis pas en train de lui donner la recette des faux billets de 500 euros. La hippie-kapo se confond en excuses. Et puis d’abord, c’est poli d’écouter les conversations des autres, peut-être?

Aujourd’hui même, j’enfourche mon vélo pour me rendre à un rendez-vous, lorsque la nuit tombe brutalement. Merde, me dis-je, ça y est, c’est l’hiver. Il fait nuit à 17h. Or, la lampe de mon vélo est cassée depuis hier, sans doute parce qu’un abruti a essayé de me voler mon fidèle destrier, avant de s’apercevoir que mon cadenas était une véritable forteresse. Bah, tant pis, je n’ai pas envie d’être en retard, et je décide de pédaler quand même. C’était sans compter sur la présence beckettienne d’un ivrogne qui me lança, dans un allemand trébuchant aromatisé à la bière :

Hé, toi, il est où ton phare, hein? C’est interdit de rouler sans lumières!

Je me serais indignée si je n’avais pas pris note, dans un fou rire, de la façon dont le bonhomme traversait la rue, c’est-à-dire en zigzag et hors des clous. L’hôpital qui se fout de la charité.

Voilà, chers amis lecteurs, grossièrement peint, le portrait du moralisateur allemand (je sens qu’une fois de plus, je vais me prendre des torpilles dans les commentaires). Mon beau-frère, un Grec ayant longtemps vécu à Constance, dans le sud de l’Allemagne, m’a un jour résumé son point de vue avec beaucoup d’esprit : « après toutes ces années vécues en Grèce et en Allemagne, je ne sais pas ce qui m’irrite le plus. Le bordélisme grec, ou la discipline allemande? »

Bonne question. Pour ce qui est du bordélisme grec, pour aujourd’hui, je passe. Je laisse à RFI le soin de vous informer des rebondissements de cet haletant feuilleton économique européen, ici.

The following two tabs change content below.
manon

Derniers articles parmanon (voir tous)

48 réflexions sur “Gaston Lagaffe chez les donneurs de leçons

  1. Solution: une agence matrimoniale gréco-germanique pour favoriser la KülturKonvergenz entre bordélisme et discipline… Le futur de l’Europe: un tas de bordéliques disciplinés!

  2. La fille de Nicolas crèche chez Angela et gueule sur Papandréou!
    Belle Europe, Manon!
    Si ces allemands viennent ici chez nous, je n’imagine pas ce qu’ils ressentiraient. On ne traverse pas quand le bonhomme rouge se fait voir? Hum! Ici, il y en a même pas, de bonhomme rouge!

    1. Non mais ne t’inquiète pas, les allemands sont comme beaucoup de touristes, une fois à l’étranger, ils oublient leurs bonnes règles!

      Sinon l’article est bien, il y a du vrai (la tendance des berlinois à prendre par à une discussion qui ne les concerne pas… et ca m’énerve) et du, à mon goût, un peu trop cliché (les histoires de discipline se jugent plus au cas par cas).

      1. ah ben, j’attendais des torpilles… voilà enfin la première! oui, cher Nico, j’adore les clichés… je joue énormément avec les clichés dans ce blog et je déteste le cas par cas consensuel! bienvenue ici, et ne t’attends pas à de grandes analyses psychologiques… viens me lire avec de la Lebensfreude et beaucoup de Spass! :)

        1. J’avais bien remarqué que tu aimais jouer avec les clichés. Mais là il est loin d’être vrai! Il y a beaucoup d’allemands qui n’attendent pas que le bonhomme au chapeau passe au vert. En plus si tu leurs montre l’exemple, ils aiment le suivre.
          Par contre ce qui est marrant de constater, c’est le geste et la manière de faire fi des interdits.
          Le bon français, habitude oblige, est comme un danseur qui brave le danger au tempo des moteurs.
          L’allemand, lui, en lutte avec son inconscient discipliné hésite, se tâte, puis dans un pas peu assuré, il se lance. Trop occupé à refouler la voix qui lui dit « Halt dich an die Regel » il en oublie les Mercedes, se met en danger et gène le traffic.

          1. Hier, je buvais un verre avec une amie allemande et une amie bosniaque. Au moment de traverser la rue, bonhomme rouge, pas une caisse à l’horizon, deux heures du matin, la Bosniaque et moi-même traversons – l’Allemande reste en arrière, on se retourne, on rit, et elle, passant quand le bonhomme est vert, nous rejoint et nous lance : « Je me fiche bien de ce que vous faites, espèces de petites folles d’étrangères! »
            Comme quoi, ce cliché est vrai, et en plus, les Allemands savent en rire avec beaucoup d’esprit.
            Et quand je traverse au rouge, pas un Allemand ne me suit. Une bonne femme m’a même accusée d’être un mauvais exemple pour ses enfants. C’est vrai. Mais je ne suis pas leur mère.
            Jolie, ta comparaison dansante… mais franchement, je le jure, je ne connais pas d’Allemand capable de traverser au rouge. Qu’ils se manifestent s’ils existent! :)

          2. Le jour ou j’ai traversé au rouge et que cet Allemand a pensé qu’il était légitime et très important de m’hurler « RrrrrrrooooooooooHOOOooot » dans l’oreille, comme si je n’étais qu’une sombre abrutie qui n’attendais qu’une chose: qu’il me rappelle à l’order « ah mais oui, rot mais bien sûr »… Eh bien je confirme, ils sont vraiment psycho rigides sur certaines choses! Je les kiffe hein pas de soucis, mais leur côté moralisateur et en même temps complètement sans gène me gave parfois!

          3. Oui. Parfois les clichés sont tellement vrais. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont devenus des clichés. :) moi aussi j’aime l’Allemagne, ne t’inquiète pas tu n’es pas obligée de le rappeler : no politically correct sur cette page, pitié!!!

    2. héhéhéhéhéhé Panda… tu me fais rire… oui, j’imagine bien mes voisins donneurs de leçons à Yaoundé, un beau souk, tiens. Même en tentant de coloniser le Cameroun, les Germains n’ont pas réussi à vous imposer leur discipline raide comme un balai dans le…!

      1. Manon, on reproche aux allemands d’avoir exterminé toute une générations de braves anti-colonialistes Kamerunais! On ne va quand même pas rester droit comme des « i » comme ces assassins nous l’ont appris! mdr! D’abord, on a francisé le nom du pays (merci la France) et chassé ces mécréants pendant la première Guerre de 14 (merci encore la France)!
        Bon, c’est vrai que ces allemands font du solide. On utilise toujours leurs ponts de métal construits il y a 110 ans et leurs chemins de fer tout aussi vieux (on va quand même pas se gêner)!

        Mais s’ils se comportent réellement comme tu le dis-là, j’imagine la nature de leur moue quand ils atterrissent dans notre bordel.

  3. perso, habitant à l’est et n’allant presque jamais à l’ouest, je n’ai jamais eu ce problème de feu rouge d’autant plus que les berlinois font en majorité pareil, c’est-à-dire traverser au rouge (1 réflexion prise en 4 ans pour avoir roulé sur le trottoir). par contre, je me sens moins à l’aise à l’ouest et fais plus attention. en revanche, je suis très énervée de voir les francais se vanter de ne pas payer les transports : le jour où les allemands en auront marre, ils mettront des tourniquets partout comme à paris et adieu les quais facile d’accès …. bref, de manière générale, je trouve les berlinois beaucoup moins organisés et formels que les parisiens.

    1. J’habite à Neukölln, géographiquement à l’Est mais politiquement à l’Ouest… et ici, seuls les Turcs traversent au rouge! Oui, moi aussi, je m’agace de la vantardise des Français fraudeurs… mais ce qui me fait encore plus marrer, c’est quand ils se font choper par les contrôleurs en civil… dire qu’il n’y a pas de contrôle dans le métro berlinois serait faux! Quand les contrôleurs débarquent, on dirait le FBI en pleine action… ridicule…

  4. Il y a quelques jours, un soir, j’étais à vélo sur le trottoir de la Linienstraße (qui d’ailleurs est une « Fahrradstraße ») mais j’avais une bonne raison : je venais de franchir une section complètement barrée de la rue et le trottoir était la seule solution. Ca n’a pas empêché un piéton de me barrer la route volontairement et de me dire qu’il fallait rouler sur la chaussée. Je lui réponds « mais la rue est barrée à quelques mètres d’ici », sur quoi il me répond, sans se démonter « Non, pas du tout ». S’en suit un « Doch, sie ist gesperrt / Nein, nicht gesperrt – mais si / mais non – DOCH / NEIN » de plus en plus énervé pendant au moins 30 secondes, l’hallu complète… 5 minutes après j’en riais déjà de bon coeur en me disant que j’étais vraiment tombé sur un champion du monde… mais sinon je trouve les Allemands beaucoup plus compréhensifs que ce qu’on dit avec les petites indisciplines. Le matin je suis pas le seul à traverser au rouge pour chopper mon tram (pourtant le prochain passe 5 minutes plus tard) ou le métro à Warschauer Str., quant aux vélos dans tous les sens sur rue ou trottoir, c’est devenu une banalité pas du tout remarquable. En fait, là où je trouve les gens bcp plus intolérants et agressifs envers les cyclistes, c’est à Paris…

    1. Tes Berlinois qui traversent au rouge, ce ne seraient pas des étrangers par hasard? Non, parce que, Warschauer Str., c’est quand même devenu un fief touristique… les « hostel » ont remplacé pas mal d’habitations…

      Incroyable, cette histoire de rue barrée… à mourir de rire…

        1. c’est facile de créer de l’eau stagnante Fafa. Un bouchon au fond de l’évier et tu laisses couler l’eau. Bref tu vois ce que je veux dire. Ne compte pas sur moi pour te refiler des méthodes de fée du logis. Tout comme toi, je suis une foutue féministe. En plus j’ai un lave-vaisselle, car faire la vaisselle est l’esclavage de l’artiste qui a bien autre chose à foutre que de gratter des restes de pâtes (il est pauvre l’artiste) sur un fond de casserole.

          1. :D

            je t’envoie des conserves d’épinards si tu veux.

            je vais essayer la vaisselle à l’allemande (sans rinçage si j’ai bien compris) … ça donnera un petit gout de fête à mes menus je suppose.

  5. lool Article sympa qui ressemble un peu à ce que je vis tous les jours ! Pas de panique amis allemands qui nous lisez, on aime bien l’Allemagne qd meme, et on a bien conscience que vous êtes pas tous tout le temps coincé pour tout !!!
    Mais tous mes amis allds, meme les plus cool, les plus roots, les plus ouverts, m’ont surpris (et agacé) par leur réaction au moins une fois. Des petits détails de la vie quotidienne qui mis bout à bout mettent mal à l’aise. La grosse BMW qui accélère pour te faire peur, on l’a tous vécu. Mme bonchicbongenre en vélo qui t’engueule parceque t’as eu le culot de traverser une piste cyclable un peu trop diagonalement. Mamie je-fais-tout-très-bien qui veut s’assoir comme par hasard sur le siège où tu avais posé un de tes nombreux sac de course alors que le S-Bahn est vide, etc etc etc.
    Rien qu’hier soir, je racontais pleine d’entrain la dernière bonne vanne du Canard Enchainé à mon coloc pourtant bien à gauche : « Sarkozy il fait tt à l’envers, la top-model à la maison et Mémère à l’hotel ».
    Au lieu d’un sourire, il m’a répondu d’un air pincé « Angela Merkel était pas si moche qd elle était jeune. »
    Oui.
    Désolée.
    1er degré de merde.

    1. j’ai vu ça pas plus tard qu’hier, sous mes yeux. En France : un mec en grosse bagnole accélère à un feu pour faire peur à un lent piéton … le lent piéton s’est avancé lentement vers la voiture, il avait à son index une grosse bague a priori en argent massif et il a commencé calmement à donner des petits coups de poing sur l’aile de la future ex belle bagnole du joyeux farceur. Pas violents mais … marquants d’où j’étais je pouvais voir les petits impacts de la bague. Ça a duré au moins 5 minutes parce que le propriétaire de la voiture a eu peur et n’est pas descendu. C’était surréaliste comme scène …

      Je crois que ce qui manque à l’Allemagne c’est un petit côté latin … non ?

  6. Du coté de Mannheim ou j ‘ai vecu ,les Americains sont nombreux c trés cool y a pas vraiment de police qui surveille ni bcp de controleur ds le strass bahn, Mais la loi se respect ,meme que Y a tjrs des gens qui ne respect pas !!!!!tu touche une personne a velo c salé la facture !!!

      1. …à cause de l’OTAN, non ?
        Bises !
        (suis venue voir un peu les commentaires, que je ne lisais pas, suite à l’article de Frédéric ! ben oui hein, ça éveille la curiosité tout ça ! ;) )

  7. JM a raison, il faut aussi rendre hommage aux justiciers des trottoirs, des trottoirs qui font 50m de large dans cette ville, mais où il est STREEENGSTENS verboten de s’aventurer à vélo. Je me suis déjà fait rappeler à l’ordre à 6h du matin, dans une Prenzlauer Allee déserte, par un vieux type à son balcon qui m’a traitée de voyou.

  8. Juste un petit message aux Francaouis de m… qui rivalisent de xénophobie et de clichés nauséabonds germanophobes:

    si vous n’êtes pas contents, rentrez chez vous, dans votre pays pourri!!! Vous nous gâchez juste le paysage ici, vous servez à rien, dégagez! Hé oui, ici on traverse au vert et il est interdit de rouler sur le trottoir et c’est très bien comme ça, bande de pignoufs immatures. La société allemande, en partie grâce à sa merveilleuse discipline intériorisée, est incomparablement supérieure à la prétentieuse Francaouie.

    Je me suis barré de france voici plusieurs annés (c’était même avant Sarközy) pour ne plus rencontrer de gros(es) beauf(e)s français sales, inutiles et crasseux. Et à vous lire ici vous savez quoi? Ben j’ai eu bien raison, punaise!

    Merde in france, comme chantait Jacques Dutronc. Le français, ce peuple de coiffeurs#et de cocottes, irresponsable et fat, qui pollue la planète avec ses centrales nucléaires, est le champion du monde de l’arrogance, de la saleté, de la servilité avec les forts et de la cruauté avec les faibles. Un seul exemple: le bizutage, invention typiquement francaouie, inconnue naturellement de ce côté du Rhin; ici comme rite de passage étudiant, on a la Mensur, le duel au sabre, mais c’est pour les hommes les vrais, pas pour les français.

    # je précise que je n’ai rien contre les coiffeurs, c’est juste une expression

    1. Grande classe… dommage que tu aies caché ton adresse mail. Le vrai courage à la Cyrano, c’est bien français. Et si tu confonds xénophobie et humour, je ne peux pas faire grand-chose pour toi… viel Spass in Berlin.

      1. je connaissais pas « peuple de coiffeurs » comme expression et sinon « peuple de tailleur de pierre » ça peut fonctionner aussi ?

        (« peuple de vendeur de matériel hi fi va » rhooo j’adore, « peuple de fromagers » « peuple de libraires », « et toi espèce de peuple de controleur de train » « nan toi peuple de constructeur de vélos » « tu me le paieras cher peuple de sage femmes » usw)

        1. Vos 2 réponses sont géniales! (Manon et Fafa). Manon franchement j’adore tes articles, je viens juste de découvrir et je m’y retrouve bcp! Perso à Hamburg j’ai pas trop eu de pb de circulation au passage piéton, je me suis intégrée, je suis une partie du « système » à présent! Aaarrghh… Mais j’enrage tjrs qd je traverse une petite rue perpendiculaire à la principale, donc sans Ampelmännchen… et qu’une voiture fonce vers moi. Là y a du vécu très régulier! Le côté Donneur de leçon est hélas bel et bien là, tjrs au moment où on s’y attend le moins!… Ou qd tu fais une connerie en voiture et que l’Allemand de base (désolée, j’en adore qd mm la majorité!) se met à ta hauteur pour te faire signe par la fenêtre que bouhhhhh, ouuuu lalalalalaa c’était pas bien ce que tu viens de faire…. Je me retiens de lui faire un doigt (ah la peur de l’amende…) et lui fais en général un graaaand sourire bien niais, je peux vous dire que ça l’énerve 10 fois plus! Succés garanti. Enfin bon tout ça pour dire, Manon, merci pour ta fraîcheur et ton humour! Et comme dit dans un des commentaires, 1er degré de merde… Ceux qui ne peuvent pas comprendre comme « Anti-beaufs » sèment autour d’eux bcp plus de querelles et polluent d’ondes négatives ce charmant blog alors que toi tu nous donnes une bonne tranche de rire, des clins d’oeil, des « ah ouai mais c’est trop vrai!!!! », bref, du bonheur en barre le temps d’un article. Et qu’on se le dise, si on est en Allemagne, c’est qu’on aime bien le pays! On est pas en train de manifester dans les rues contre le système de passage piéton non plus… C’est qd mm marrant ce que raconter des anecdotes peut susciter chez certains lecteurs avides de commentaires bourrés d’insultes… Pour reprendre une partie de la belle prose de M. « Anti-beauf mais je m’exprime comme tel », je dirais plutôt… Si tu n’es pas content chez Génération Berlin, rentre chez toi, dans ton blog pourri. Sur ce, bonne journée aux fans du 2nd degré! :)

          1. Chère Violaine, je m’aperçois que ma réponse à ton commentaire n’a jamais été publiée!

            Merci beaucoup pour ton enthousiasme et ton humour! Je retiendrai la méthode du sourire énervant… :)

  9. Rien de tel qu’un bon sursaut et le coeur qui se soulève quand un cycliste me rase en me klaxonnant (sonnette oblige!) à fond les manettes! Et pourquoi? Mais parce que j’ai le nez en l’air (normal, je me ballade!) et j’ai vaguement mordu sur la ligne de DÉMARCATION entre les cyclistes et les piétons… Ici pas de pitié; si tu mors la ligne c’est à tes risques et périls, que tu sois grand ou petit d’ailleurs… Mais ca, c’est encore un autre débat ;) …

    1. terrible, hein? mais j’avoue… quand je suis à vélo, je suis plus vache encore qu’une Allemande bon teint! je bouffe à tous les râteliers, en bonne Française affreuse.

  10. Ha ha ha! Les mêmes qui défendent le deuxième degré (sic) ici sont sans doute les premièr(e)s à réclamer l’interdiction des spectacles de Dieudonné…

    Toujours le deux poids deux mesures, si typiquement français aussi!

    1. Exactement, et j’adore la France. Tout comme j’aime l’Allemagne. La haine, très peu pour moi, très peu pour ce blog – pourquoi venir déverser son venin ici? A bon entendeur… ces commentaires sont modérés, donc gardons un ton respectueux les uns des autres, merci, sans quoi, j’appliquerai une censure toute allemande à tes commentaires.

  11. Une censure toute française.

    C’est bien dans la nature des français, frivoles et superficiels. Illogiques et jaloux.

    On voit que beaucoup ici ne comprennent rien à l’Allemagne. Pourquoi rester? Cassez-vous donc à Londres, les Rosbifs c’est parfait pour vous…

  12. Ça ne se serait pas passé dans la partie de Berlin qui appartenait a l’est, par hasard? Peut-être que les autochtones y sont encore habituées a marcher quand ils voient du rouge ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *